99, avenue Jean-Baptiste Clément
01 49 40 40 75
assistant-pleiade.llshs@univ-paris13.fr

La France des marges, Armand Colin, 2016

Sous la direction d’E. Grésillon, F. Alexandre et B. Sajaloli

À  l’occasion de la nouvelle question de géographie – La France des marges – mise au concours du CAPES d’histoire-géographie et des agrégations d’histoire et de géographie, chercheurs et doctorants de l’axe 3Territoires, limites, marges” de Pléiade ont largement contribué à cet ouvrage. Par ordre alphabétique : Frédéric Alexandre, Morgane Flégeau, Boris Lebeau, Solange Montagné-Villette, Marie Redon et Fabien Roussel).

Être en marge, avoir de la marge, prendre une marge… la sémantique des marges reflète d’emblée l’ambivalence du terme : liberté, bénéfice, possibilité d’un côté, éloignement des forces vives, voire relégation de l’autre. Appliqué à l’espace français, le terme conduit à décentrer le regard porté sur le territoire national et à penser une France des angles morts et des interstices, une France des minorités, moins intégrée et moins accessible, moins visible et peu connue. Une France insaisissable aussi, la notion de marge étant toujours relative tant sur le plan spatial que socioculturel et posant donc vivement des questions d’échelle, de regard, de méthode et de définition.
La première partie de cette France des marges est ainsi consacrée aux processus de marginalisation en distinguant ce qui est lié à l’espace (éloignement, enclavement…) et ce qui s’apparente à l’exclusion culturelle et sociale (populations démunies, migrants, communautés alternatives…).

La deuxième partie réfléchit aux formes que les marges revêtent aujourd’hui, en différenciant la marginalité et ses degrés dans les territoires ruraux, urbains ou péri-urbains. Les marges présentent en effet des réalités contrastées : isolement, pauvreté, exclusion et dénuement jouxtant innovation sociale ou revendication de vivre autrement.
Enfin, la trajectoire des marges, leur instabilité, voire leur réversibilité, interrogent les politiques publiques et mobilisent plusieurs champs de la connaissance géographique : politique, sociale, économique, culturelle, environnementale, rurale et urbaine.

Sous la direction de : Étienne GRÉSILLON, maître de conférences à l’Université Paris-Diderot, participe à la préparation aux concours et à la formation des enseignants. Responsable de l’Approche transversale du Ladyss (UMR 7533), Frédéric ALEXANDRE, professeur à l’Université Paris 13, participe depuis une vingtaine d’années à la préparation aux concours et à la formation des enseignants. Directeur du laboratoire pluridisciplinaire Pléiade (EA 7338), il a créé et animé l’axe de recherche Territoires, limites, marges et Bertrand SAJALOLI, ancien membre du jury du CAPES d’Histoire-Géographie, maître de conférences à l’université d’Orléans et participe à la préparation aux concours. Responsable de l’axe Solidarités et territoires au sein du CEDETE (EA 1210).

Pour plus d’informations

Pleiade
fr_FR
en_GB fr_FR