La vallée de Montmorency aux XVIIe et XVIIIe siècles. Paysage, économie et société aux portes de Paris, Les Indes Savantes, 2015

La vallée de Montmorency

de Florent Merot

Préface de Marie-José Michel

À quelques kilomètres de Paris, la vallée de Montmorency constitue un laboratoire privilégié pour observer les évolutions paysagères d’une région ainsi que les rapports tissés entre les sociétés humaines et leur environnement quotidien au cours des XVIIe et XVIIIe siècles. Sous l’influence immédiate de la capitale et de ses multiples demandes, les ruraux mettent à profit les destructions causées par la Fronde pour procéder à une réorganisation totale de leur espace de vie. Du champ au village, des axes de communication à la forêt, le paysage est pensé pour être le plus productif possible et accompagner les rythmes de la croissance démographique locale et urbaine. Dès le règne de Louis XIV et jusqu’à l’aube du XIX siècle, la beauté naturelle des panoramas, l’incessante innovation et le savoir- faire des habitants, l’optimisation unique du système agricole font du vallon un petit pays universellement célèbre, de l’Europe jusqu’aux Amériques.

À propos de l’auteur

Florent Merot est docteur en histoire et docteur d’honneur de l’Université Paris 13. Membre du laboratoire Pléiade (Université Paris 13), il est spécialiste de l’histoire des campagnes parisiennes sous l’Ancien Régime. Ses recherches portent notamment sur les échanges économiques, sociaux et culturels entre les mondes ruraux et urbains, sur l’aménagement des paysages et les rapports qu’entretiennent les sociétés villageoises avec leur environnement.