Rue à sens unique, Allia, 2015

Rue à sens unique

de Walter Benjamin

Traduit de l’allemand par Anne Longuet Marx

Voici un ouvrage d’un genre nouveau, dans lequel Walter Benjamin pratique le collage à la manière de ces amoureux des télescopages poétiques que furent Dada et les surréalistes. Rue à sens unique se compose de notes autobiographiques, de souvenirs d’enfance, d’aphorismes, de scènes de la vie urbaine, de considérations acérées sur l’état du monde, et de l’Allemagne en particulier, mais aussi de réflexions sur l’écriture elle-même, sur la graphologie. Benjamin­ se penche par exemple sur l’entrelacs des manuscrits arabes. Voire va-t-il jusqu’à donner des conseils à l’écrivain : par exemple, ne jamais faire lire une œuvre non encore achevée ; une musique et quelques voix en fond sonore sont recommandées, de même que l’attachement maniaque à tel type de papier ou à telle plume. Benjamin rend compte par la même occasion de l’éclatement de l’écrit dans la signalétique qui émaille nos villes, désormais parsemées de messages à décrypter. Arrachée du livre imprimé, son asile de prédilection, l’écriture se retrouve désormais dans la rue, à travers la publicité, prise dans le chaos d’une économie devenue toute-puissante. Et l’auteur ne manque pas d’humour en ce sens, reprenant pour titre de ses pensées les recommandations, mises en garde et autres slogans assenés dans nos villes : “Travaux publics”, “Défense d’afficher”, “Attention aux marches” ou encore “Allemands ! Buvez de la bière allemande”. Emprunter cette Rue à sens unique, c’est se laisser entraîner dans une dérive au cœur d’une ville certes de papier mais dont les mots fournissent autant de repères urbains pour qui sait jeter des passerelles. Du reste, entre la ville décrite et le paysage fait de mots que dessine l’écrivain, il n’y a pas loin, quand Benjamin nous propose de découvrir les “principes des pavés ou l’art de faire des livres épais”.

Références

128 p.
ISBN : 979.10.304.0053.3

Télécharger la présentation de l’ouvrage

Revue de presse

Écouter la chronique dans l’émission de France Culture, les Nouveaux chemins de la connaissance