Appels 2023

Appel à communications, Conférence internationale : 20 ans de villes olympiques et de politiques culturelles, 2012-2032/ Perspectives comparatistes / Call for Papers, International Conference : 20 Years of Olympic Cities and Cultural Policy, 2012-2032/ Comparative Perspectives

Ce colloque international se propose d’explorer, à l’occasion de Paris 2024, la réinvention durable des Jeux Olympiques, de Londres 2012 à Brisbane 2032, d’un point de vue international et interdisciplinaire. Il s’agira de s’intéresser aux politiques culturelles spécifiques du méga-événement sportif mondial et d’étudier ses effets physiques et affectifs sur le développement local, en se concentrant sur le rôle de la création, de l’art public et du patrimoine aussi bien matériel qu’immatériel.

Call for papers : “Back to Africa: Literary Representations of Return in African Literatures”

The French University Sorbonne Paris Nord, in collaboration with the Italian University of Bologna and the University of Modena and Reggio Emilia, is organising a one-day International Conference devoted to postgraduate students and early researchers on the topos of return in African literatures.

Context

After years spent in the USA as a migrant, Ifemelu, the protagonist of Chimamanda Ngozi Adichie’s Americanah (2013), realises that her home country, Nigeria, “became where she was supposed to be, the only place she could sink her roots in without the constant urge to tug them out and shake off the soil.” This “gravitational pull,” as Maximilian Feldner (2019) calls it, has been perceptible in African literatures throughout the years so much so as to represent one of its constitutive features.

In the still ongoing “age of the refugee, the displaced person, mass migration” (Said 1984), the need to return found in African Literatures seems, at first glance, to be at odds with the postcolonial debates around hybridity, cosmopolitanism, and rootlessness or route-oriented belonging. As Salman Rushdie (1983) declared, “roots […] are a conservative myth, designed to keep us in our places.” On a similar note, drawing from the Igbo knowledge system, Chinua Achebe (1994) employs the concept of rootlessness as a metaphor for writing: “If you’re rooted to a spot, you miss a lot of the grace. So you keep moving, and this is the way I think the world’s stories should be told — from many different perspectives,” he argued. Thus, how can return be tackled without mooring it to discourses imbued with essentialism, nationalism, and exclusion, all of which could potentially be derived from rootedness?

Perhaps, however, it is the very tension between routes and roots that should be overcome. It is what James Clifford (1997) attempted to do in his work Routes: Travels and Translation in the Late Twentieth Century. With the return, the homonymic opposition is resolved because coming back to one’s roots involves the act of travelling – routes. But can one ever come back home? As beautifully shown by the novel On Black Sisters’ Street (2011), originally written in Dutch by Nigerian writer Chika Unigwe, migrants, while abroad, might experience a kind of nostalgia. After their return, however, this nostalgia might morph into disillusion and even alienation, as shown by Obi, the protagonist of Chinua Achebe’s No Longer at Ease (1960).

Also, it is important to underline that people who come back are not the same as when they left: after having had to adapt to different – and sometimes hostile – environments and socio-cultural systems, returnees might face the same difficulty seen during the initial migration as they are reintegrating into their home country. The eponymous character of Kehinde (1994) by Buchi Emecheta, is precisely an example of such discomfort: once she comes back to Nigeria, she is forced into a polygamous relationship she struggles to accept after her husband decides to marry a second, younger woman in secret.

The return can either convey a sense of agency when triggered by the desire or need to escape from the racism and injustices of the host country, as in Sefi Atta’s A Bit of Difference (2012), or, on the contrary, a failure when it is imposed by the authorities of the host country as in Helon Habila’s Travellers (2019).

Drawing on all these issues, the conference aims to analyse how the phenomenon of return migration has been addressed and continues to be addressed in African Literatures. Indeed, while in migration studies, from the 1990s onwards, there has been a growing interest in return migration and the ways in which it shapes individuals in terms of identity changes and cultural shifts (King and Kuschminder 2022), the same cannot be said for literary criticism. While early migration studies conducted on return mobilities tended to offer a simplistic view of such phenomena (i.e., migrants moved from their native country to the place of destination and stayed for good or decided to return back after a while), today’s mobilities paradigm is way more complex and intricate. This complexity is mirrored in the recurrent topos of return in African literatures, which has taken multiple forms: from permanent reverse migration to brief “reconnections”, i.e., provisional returns (Knudsen and Rahbek 2019) or what is perceived as a return to an ancestral land by U.S. descendants of enslaved people, as in Ghanaian-American writer Yaa Gyasi’s Homegoing (2016).

Ideas of return, whether implemented or only intentional, re-emerge in different historical periods and places across the African continent: from Kwamankra, the protagonist of Ethiopia Unbound (1911) by Fante writer J. E. Casely Hayford, which might be the first fictional work dealing with return from the so-called mother-country, to the omnipresent figure of what in the Anglophone post-independent period was called the “been-to” i.e. a member of the elite, generally male, who undertook a period of study abroad and returned to contribute to the building of the newly sovereign states. This is the case of Baako, the protagonist of Fragments (1970) by Ghanaian writer Ayi Kwei Armah. Similar figures can also be observed in the francophone context in works such as Climbié (1956) by Ivorian writer Bernard Binlin Dadié or L’Aventure ambiguë (1971) by Senegalese writer Cheikh Hamidou Kane.

Today, more than ever, characters who return abound in African literatures: Nina in Loin de mon père (2010) by Franco-Ivorian writer Véronique Tadjo,Ike, the anti-hero of Foreign Gods, Inc. (2014) by Nigerian writer Okey Ndibe and Christine, one of the characters of Tropical Fish: Stories Out of Entebbe (2006) by Ugandan writer Doreen Baingana, to cite only a few examples. Like their authors, these returnees are part of a transnational context and straddle multiple nations in a way that not only makes them overcome the dichotomy between home and host country but also negotiate and redefine the meaning of “home”.

Aim

This one-day conference aims to investigate how the different forms of return to the African continent are represented in African literatures. We hope to welcome a wide variety of contributions from postgraduate and early-career researchers that do not exclusively focus on the Global North – Global South axis but also on infra-continental patterns of migration as well as understudied migratory axes within the Global South. While, for pragmatic reasons, contributions will be delivered in English, we hope they will tackle narratives of return from different African countries and in a variety of languages, both local and national.

Individual or joint papers will be allotted 20 minutes, followed by a discussion at the end of each panel.

Themes and sub-themes:

  • Reverse Migration in African and African Diasporic Literatures;
  • Intra-continental African migration and return; 
  • Stylistic features of the narratives of return;
  • Themes foregrounded by the narratives of return;
  • Different temporalities of the return: from personal to inter-generational return;
  • The role of the theme of return in shaping African Literatures;
  • The ancestral return and the search for one’s origin; 
  • The evolution of the figure of the “returnee” and its narrative(s): gender and genres (travelogue, historical novel, family saga etc.) of the return;
  • The impossibility of return;
  • Editorial challenges and opportunities of writing about the return;
  • Metaphorical return;

Appel à communication : Questioning the margins of English-speaking films and TV series”// Interroger les marges des films et séries anglophones

Voici l’appel à communication pour le congrès international de la SERCIA (Société d’Enseignement et de Recherche sur le Cinéma Anglophone) sur le thème « Interroger les marges des films et séries  anglophones »// «Questioning the Margins of English Speaking Films and  TV Series » qui aura lieu du 6 au 8 septembre au Campus Condorcet.

Appel à communication : Circulation des normes et altération des identités : ouverture à la modernité ou repli sur soi ?

Circulation des normes et altération des identités : ouverture à la modernité ou repli sur soi ?

1) Les évolutions du Droit dans un monde interconnecté

2) Normes et variations : langues, usages, sociétés

3) La littérature, entre normes esthétiques et créativité

4) Sacré et profane, ordre social et contestation.

Université d’Al-Azhar, Le Caire, 9-11 janvier 2024.

Lien : https://cerla.univ-lyon2.fr/activites/colloques-et-journees-detude-2.

Université d’Al-Azhar (Centre d’Al-Azhar pour l’enseignement du français), Université de Lyon 2, Université de Paris 13, Institut national des langues et civilisations orientales (Paris).

****

Le thème global du colloque vise à réfléchir à la mondialisation et à ses incidences sur les individus (avec leurs appartenances et sensibilités), les sociétés (dans leurs fonctionnements et croyances), les États (par rapport à leurs processus de légitimation), et ce à travers la circulation des normes, entendues de manière large. La question posée, à laquelle chaque participant tentera d’apporter des réponses est de savoir si cette circulation mondialisée des normes pousse vers la modernité (concept qu’il sera nécessaire de définir) ou au contraire vers un rejet de celle-ci, et conséquemment vers un repli sur les traditions, les coutumes, les modes anciens de fonctionnement. Naturellement, les perceptions de la mondialisation et de la modernité varient selon les lieux et les circonstances, ce qui donne au colloque toute sa pertinence : savoir, comprendre, respecter, aimer, dans la diversité culturelle, telles doivent être les postures épistémologiques qui animeront le colloque, mais toutefois sans complaisance, avec donc des analyses sérieuses.

Université d’Al-Azhar, Le Caire, 9-11 janvier 2024.
Lien : https://cerla.univ-lyon2.fr/activites/colloques-et-journees-detude-2.
Contacts : Mona SABRY (Université d’Al-Azhar), monasabry2002@yahoo.fr + mona.sabry@azhar.edu.eg et Stéphane VALTER (Université de Lyon 2), s.valter@univ-lyon2.fr.

Université d’Al-Azhar (Centre d’Al-Azhar pour l’enseignement du français), Université de Lyon 2, Université de Paris 13, Institut national des langues et civilisations orientales (Paris)

****

L’idée première de ce colloque est de permettre à des enseignants et chercheurs occidentaux de rencontrer leurs homologues égyptiens et arabes, puis d’échanger sur un thème à la fois général et précis. Assez général pour aborder différentes questions (juridiques, linguistiques, littéraires, sociologiques) et également assez précis pour bien cibler la réflexion. Le thème global du colloque vise à réfléchir à la mondialisation et à ses incidences sur les individus (avec leurs appartenances et sensibilités), les sociétés (dans leurs fonctionnements et croyances), les États (par rapport à leurs processus de légitimation), et ce à travers la circulation des normes, entendues de manière large.

La question posée, à laquelle chaque participant tentera d’apporter des réponses est de savoir si cette circulation mondialisée des normes pousse vers la modernité (concept qu’il sera nécessaire de définir) ou au contraire vers un rejet de celle-ci, et conséquemment vers un repli sur les traditions, les coutumes, les modes anciens de fonctionnement. Naturellement, les perceptions de la mondialisation et de la modernité varient selon les lieux et les circonstances, ce qui donne au colloque toute sa pertinence : savoir, comprendre, respecter, aimer, dans la diversité culturelle, telles doivent être les postures épistémologiques qui animeront le colloque, mais toutefois sans complaisance, avec donc des analyses sérieuses.

Les échanges se feront essentiellement en arabe et en français, et peut-être dans d’autres langues, avec une traduction. Cette variété langagière se veut le reflet du respect à accorder à tous les points de vue, sans privilégier une forme quelconque de références culturelles. Le but du colloque est, pour conclure, de dresser un tableau précis et général (même s’il n’est pas exhaustif) des échanges et influences de tous ordres entre le monde arabo-islamique et l’Occident, à travers la circulation (ou son absence) des normes, concept qui inclut les idées, les règles, les lois, les codes, les canons, les représentations, etc.

****

Les évolutions du Droit dans un monde interconnecté

Axe 1 sous la responsabilité du Professeur Didier GUÉVEL (Université de Paris 13), du Professeur Fouad AL-NADI (Université d’Al-Azhar) et du Professeur Ahmad AL-EZABY (Université d’Al-Azhar) :

L’interconnexion, généralisée et exacerbée dans notre monde contemporain, n’a pas créé, à notre sens, de nouvelles modalités d’interactions entre les normes juridiques mais elle a sans doute favorisé et accéléré les phénomènes déjà existants. Une ample diffusion des informations relatives aux normes étrangères a pu aider à leur connaissance et à leur introduction ; mais l’absence de contrôle des sources de ces données et leur présentation par des personnes non expertes a pu être à l’origine de bien des incompréhensions. C’est probablement ce qui peut expliquer certaines évolutions du Droit français et ce de cinq points de vue différents : les mots du Droit, les procédés normatifs, les organes « normateurs », le contenu des normes et, enfin, leur ressort (tant géographique que populationnel, avec la question des règles supranationales). Enfin, faut-il plus parler des droits de l’Homme ou au contraire des devoirs humains ?

Normes et variations : langues, usages, sociétés

Axe 2 sous la responsabilité du Professeur Thomas SZENDE (INALCO, Paris), de la Professeure Soheir HAFEZ (Université d’Al-Azhar) et de la Professeure Mona SABRY (Université d’Al-Azhar) :

Cet axe tournera autour des idées suivantes : premièrement, l’enseignement des langues (et des cultures étrangères), qui a pour ambition de permettre à la fois la juste interprétation des messages et la production de messages appropriés, se doit de spécifier le statut social des éléments de la langue. Or, aucune langue n’échappe aux phénomènes de variation qui affectent le lexique, mais aussi toutes les structures morphosyntaxiques et phonétiques, qui constituent la personnalité d’une langue. Dans le même temps, la diversité des usages ne doit pas masquer la réalité des normes. Et l’existence de pratiques langagières différentes n’empêche pas les locuteurs d’avoir la conscience d’une forme d’appartenance à une communauté linguistique. Par ailleurs, la variabilité n’est pas entièrement libre car en l’absence d’un code commun à tous les locuteurs, la communauté linguistique n’existerait pas et la communication ne pourrait pas y être assurée.

La prise en compte de la variation pose ainsi le problème de la norme. Enseigner les structures de toute langue signifie : retenir un cadre de référence homogène et le plus commun possible à l’ensemble des locuteurs. C’est ainsi que dans l’apprentissage de tout système linguistique, le rapport à la norme joue un rôle particulièrement important. La norme linguistique est un processus social construit auquel le public de bonne instruction reste attaché et que l’enseignement s’efforce de maintenir. Reconnaître la norme, c’est d’abord se soumettre aux conventions de la société qui « sanctionne » les erreurs, et c’est aussi en connaître la marge de tolérance ; or, celle-ci peut être variable selon le type de phénomène. Parvenir à s’exprimer dans une langue revient à savoir opérer une sélection parmi les formes linguistiques possibles, savoir élaborer et exposer ses idées compte tenu de toutes les circonstances qui les motivent.

La littérature, entre normes esthétiques et créativité

Axe 3 sous la responsabilité du Professeur Denis PERNOT (Université de Paris 13) et de la Professeure Salwa LOTFI (Université d’Al-Azhar)

Dans ses avatars les plus institutionnalisés, le discours critique français a longtemps évalué les productions littéraires en fonction du respect de normes esthétiques (génériques, stylistiques, prosodiques, etc.) et sociales (bienséance, etc.) envisagées comme le produit d’une tradition nationale. Celle-ci s’est sentie menacée à partir du moment où, d’une part, des œuvres traduites de l’étranger ont connu le succès (roman russe, théâtre scandinave, etc.), où des écrivains étrangers ont écrit la France, pour certains d’entre eux en français, et où, d’autre part, les écrivains français ont voyagé, traduit leurs confrères d’ailleurs, célébré des œuvres venues de l’étranger, d’un étranger de plus en plus lointain. Dans les secteurs dominés du champ littéraire, l’étranger a en revanche été vu comme le vecteur d’un renouvellement des normes et des représentations, d’un renouveau de créativité. Défendant une normativité révolue ou des transgressions d’importation, ces positions doivent-elles être opposées l’une à l’autre ? Voyageur, migrant, exilé ou hôte de passage, l’écrivain qui s’exprime dans la langue de sa terre d’accueil, en faisant ainsi sa patrie d’élection créative, reste-t-il un étranger de l’intérieur au sein de la tradition littéraire où il fait entendre sa voix ? À quel prix, en matière de représentations de soi et des autres, sa naturalisation littéraire peut-elle avoir lieu ? Qu’en est-il à l’heure de la mondialisation des littératures nationales ? Se fondent-elles en une vaste littérature-monde subdivisée en aires linguistiques ? Y a-t-il lieu de parler d’œuvres métèques ou métisses ? Sans prétendre répondre à d’aussi complexes questions, il conviendrait de s’intéresser :
- à divers cas de naturalisation littéraire, de s’interroger sur les écritures qui les portent vis-à-vis des attentes normatives de traditions nationales données ;
- à des écrivains évoquant leurs expériences de l’ailleurs dans la langue de l’étranger qui les a accueillis et de réfléchir aux images de leur identité qu’ils ont construites en les faisant jouer vis-à-vis d’images, clichées ou renouvelées, de leur terre d’accueil ;
- aux instances, confrères, revues, journaux, réseaux de sociabilité, qui ont permis à des écrivains venus d’ailleurs de trouver, une écoute, dont la nature doit être interrogée, au sein du champ littéraire national où ils ont souhaité être reconnus et /ou au sein du champ littéraire de leur terre d’origine.

Sacré et profane, ordre social et contestation

Axe 4 sous la responsabilité du Professeur Stéphane VALTER (Université de Lyon 2) et du Professeur Nazir AYAD (Complexe d’Al-Azhar pour les Recherches Islamiques)

La notion de sacré est vaste. Elle signifie bien sûr les croyances et pratiques religieuses, mais aussi plusieurs choses – concrètes ou abstraites, liées à la nation, au pays, à la patrie, aux coutumes, aux traditions, à l’Histoire, etc. – auxquelles telle ou telle société ou structure accorde une valeur sacrée alors qu’il ne s’agit en fait que d’éléments non religieux. Sacré et profane sont donc parfois mêlés, pour les sociétés comme pour les États. En France, par exemple, beaucoup confère à Jeanne d’Arc une valeur sacrée, entre sainteté religieuse et patriotisme sacrificiel. Il s’agira de réfléchir aux dynamiques qui poussent à sacraliser ce qui ne l’est a priori pas, comme à jeter un regard profane sur ce qui relève du champ religieux, dans un complexe va-et-vient qui dépend des lieux et des époques. Outre ces phénomènes eux-mêmes (dont il faudra donner des exemples variés), tenter de cerner quels sont les processus de justification et de légitimation qui poussent à la sacralisation du profane, ou au contraire, revêt une importance majeure aux niveaux épistémologique et axiologique. Si l’on dit souvent que les sociétés occidentales sont plus profanes que les sociétés orientales, ce qui est en partie vrai mais aussi en partie faux, ceci mérite de toute façon – une fois de plus – une analyse sérieuse, dans une perspective historique – et comparatiste ! – prenant en compte tous les aspects de la vie humaine, dans la diversité et la contradiction. Pour revenir à l’exemple français (qui devra être enrichi d’autres expériences nationales), les perceptions de la laïcité, malgré le cadre légal, sont multiples et sujettes à discussion. Enfin, une autre question, complexe, est de savoir pourquoi les êtres humains et les sociétés semblent dans l’ensemble avoir plus de difficultés à considérer de manière critique le sacré que le profane.

Lieu : Université d’Al-Azhar, Le Caire.
Date : 9-11 janvier 2024.


Transport et hébergement : à la charge des participants venant de l’étranger.
Transport sur place (dans la mesure du possible, entre l’aéroport et l’hôtel, comme entre l’hôtel et le centre de conférences) et restauration (midi) : à la charge de l’Université d’Al-Azhar.

Comité scientifique :

Ahmad AL-EZABY, professeur, Dpt. D’études islamiques en anglais, directeur du Centre de traduction d’Al-Azhar ; Fouad AL-NADI, professeur (droit public et administratif), Al-Azhar ; Nazir AYAD, professeur (philosophie), secrétaire général du Complexe d’études islamiques – Al-Azhar ; Mervat BAKIR, professeure émérite (littérature française et comparée), Al-Azhar ; Didier GUÉVEL, professeur émérite (droit français privé), Université de Paris 13 ; Soheir HAFEZ, professeur émérite (littérature arabe), Al-Azhar ;
Salwa LOTFI, professeure émérite (littérature arabe), Al-Azhar ; Christian MÜLLER, directeur de recherche (droit musulman), IRHT-CNRS (Paris) ; Abdel Dayem NOSSEIR, professeur émérite, conseiller du Grand Imam d’Al-Azhar ; Denis PERNOT, professeur (littérature française contemporaine), Université de Paris 13 ; Mona SABRY, professeur adjointe, Al-Azhar ; Thomas SZENDE, professeur (linguistique appliquée, linguistique hongroise), INALCO ; Stéphane VALTER, professeur (monde arabe contemporain), Lyon 2 ;
Jim WALKER, professeur (sociolinguistique anglaise), Lyon 2.

Comité d’organisation :

Mona SABRY, Université d’Al-Azhar, monasabry2002@yahoo.fr + mona.sabry@azhar.edu.eg

Stéphane VALTER, Université de Lyon 2, s.valter@univ-lyon2.fr

Calendrier :

Envoi des résumés (environ 200 mots) avec un bref curriculum vitæ aux deux membres du comité d’organisation avant le 1er juin 2023. (Préciser l’axe dans lequel s’inscrit la contribution, comme la langue.)

Réponse du comité scientifique vers le 15 juillet 2023. Programme définitif en octobre 2023.

Les interventions pourront se faire en arabe et en français. Des contributions en anglais et en allemand sont également envisageables (et pourront être accompagnés d’une traduction simultanée vers l’arabe).

Une publication des actes est prévue en arabe et en français (sans exclure a priori les papiers rédigés en anglais et en allemand). Lien : https://cerla.univ-lyon2.fr/activites/colloques-et-journees-detude-2.Contacts : monasabry2002@yahoo.fr + mona.sabry@azhar.edu.eg, et s.valter@univ-lyon2.fr

Appel à contribution « La poésie en Indochine. De l’Indochine française au Vietnam en guerre (1862-1975) »

Appel à contribution « La poésie en Indochine. De l’Indochine française au Vietnam en guerre (1862-1975) »

Sous la direction de Marc Kober et Thomas Vuong

L’Indochine se situe dans un entre-deux peu propice à une définition en termes d’identité nationale ou littéraire : elle apparaît d’emblée comme hybride, ou « mineure », un branchement plus qu’un « territoire » (colonie, ailleurs, lieu exotique), une relation déterritorialisée pour une ancienne charnière géopolitique. Coincée entre trois géants culturels, elle est peu présente en termes de publications, d’analyses critiques ou de traductions en France concernant le champ poétique. De nouvelles études et de nouveaux prismes nous semblent nécessaires pour analyser l’« impensé colonial » que nous faisons commencer en 1862 avec la création de la Cochinchine française jusqu’à la défaite du régime sud-vietnamien en 1975. Cette période a-t-elle vu l’émergence de « moments indochinois », comme Guillaume Bridet propose qu’il a pu exister un « moment indien » ?

Les derniers numéros

Appel à communication : 2e édition des journées doctorales « Regards critiques sur le développement » Sur le thème de la “résilience”

18-20 octobre 2023, Campus Condorcet

Nous avons le plaisir de vous annoncer le lancement de l’appel à communications pour la 2e édition des journées doctorales « Regards critiques sur le développement », qui se tiendront du 18 au 20 octobre 2023 sur le Campus Condorcet.

Date limite pour le dépôt des propositions : 1 avril 2023

Appel à communications – Représentations de l’intime dans l’Europe de la première modernité : les formes, les stratégies, les enjeux et leurs transmissions

Université du Littoral Côte d’Opale 9-10 novembre 2023

Après deux colloques qui ont mis en lumière les représentations émotionnelles et spatiales de l’intime au siècle d’or (Université Sorbonne Paris Nord, 2019) puis l’intimité corporelle aux XVIe et XVIIe siècles (Université de Bourgogne Franche-Comté, octobre 2021), s’ouvre le troisième volet de la réflexion sur l’intime.

CONGRESO INTERNACIONAL / COLLOQUE INTERNATIONAL “LA PRIMERA REPÚBLICA EN IMÁGENES, GÉNESIS, CIRCULACIÓN Y POSTERIDAD DE UNA IMAGINERÍA POLÍTICA / LA PREMIÈRE RÉPUBLIQUE EN IMAGES : GENÈSE, CIRCULATION ET POSTÉRITÉ D’UNE IMAGERIE POLITIQUE

La première république en images / La primera república en imágenes

Télécharger l’appel complet en Français et en Espagnol

Argumentaire en français (résumé)

La première république en images / La primera república en imágenes
Tomás Padró, Alegoría de la proclamación de la Primera República Española, La Flaca, 6-III-1873.

À l’occasion des 150 ans de sa proclamation, le colloque « La première République en images » entend examiner l’épisode historique qu’est la Première République espagnole à l’aune de l’iconographie politique à laquelle il a donné lieu, afin de récupérer et d’historiciser les images de/sur cette période tout en leur rendant leur identité et leur(s) significations(s). Des études monographiques ou comparées sur tous les types de pratiques plastiques mobilisées par cette iconographie (caricatures, gravures, peintures, photographies, sculptures, scénographies, etc.) pourront donc alimenter la réflexion de ce colloque, que ces pratiques aient été élaborées en Espagne ou à l’étranger, ou qu’elles aient pour support des objets de la vie quotidienne (éventails, vaisselle, boîtes d’allumettes, tabac, etc.).

Axes

  • Inventaire de l’imagerie de la Première République : personnel politique, événements et lieux représentés ; motifs, emblèmes, symboles, allégories ou scénographies mobilisées.
  • Les acteurs de cette production : artistes, entités et institutions ; canaux de diffusion.
  • Imagerie et Politique durant la Première République : imageries républicaines (unitaire, fédéraliste, etc.) ; imageries d’une autre tendance politique.
  • Diversité espagnole de l’iconographie de la Première République : à l’échelle péninsulaire ; spécificités de l’imagerie d’Outre-mer.
  • Rapports entre textes et images de la Première République : échos et interrelations ; convergences et divergences.
  • Circulation transnationale de l’imagerie de la Première République : en Europe et en Amérique.
  • Construction diachronique : ruptures et continuités avec l’imagerie du règne d’Isabelle II et du Sexenio démocratique ; postérité de cette iconographie à partir de la Restauration.

Communications

Le Colloque est co-organisé par les différentes universités des membres de l’ASCIGE : Université Sorbonne Nouvelle, École polytechnique, Université de Nantes, Université Sorbonne Paris Nord et Université Gustave Eiffel. Il aura lieu à la Sorbonne Nouvelle (Paris) du 26 au 28 octobre 2023.

Les propositions de communication (titre, résumé de 400 mots et brève biobibliographie) devront être envoyées à l’adresse électronique suivante : congresorepublicaASCIGE@polytechnique.fr. La date limite d’envoi des propositions est fixée au 15 mars 2023. Celles-ci seront examinées par le comité d’organisation et le comité scientifique ; les participants seront informés avant le 15 mai 2023 de l’acceptation de leur proposition.

Langue des communications : en espagnol de préférence, mais les communications en français et en anglais pourront également être admises.

Les communications qui rempliront les critères attendus par le comité d’organisation et le comité scientifique en termes de rigueur scientifique seront réunies dans un volume collectif.

Organisation : ASCIGE (Atelier du CREC sur le satirique, la caricature et l’illustration graphique en Espagne)

Comité d’organisation : Cécile Fourrel de Frettes, Frédéric Gracia, Eva Lafuente, Isabelle Mornat, Marie-Linda Ortega, Marie Salgues.

Télécharger l’appel complet en Français et en Espagnol