Appels

Journée d’études (Dé)jouer la contrainte, (dé)lier ses mains. Traduire avec la contrainte en poésie

Organisateurs :  Paolo Bellomo (CERC-Université Sorbonne nouvelle Paris 3 ; EA 1573, Université Paris 8-Vincennes) // Camille Bloomfield (Pléiade-Université Paris 13 ; Thalim-Université de la Sorbonne Nouvelle ; Outranspo) // Irène Gayraud (CRLC-Paris Sorbonne ; Outranspo)

Date : 4 juin 2021

Lieu : IUT de Bobigny – Université Paris 13. 1 rue de Chablis, 93000 Bobigny

La question de la traduction de la contrainte est particulièrement fascinante en ce qu’elle offre une perspective originale pour penser la traduction littéraire en général. L’étude de la traduction des textes contraints rend en effet visibles des stratégies traductives habituellement masquées : faut-il traduire par exemple la forme du texte, son jeu-même, ou plutôt le résultat produit par celui-ci ? Est-ce possible de faire les deux à la fois ? Comment traduire une littérature faite notamment de formes fixes, ou fondée sur des procédés sonores, rythmiques voire visuels qui la situent parfois dans le champ de l’intraduisible ? On pense évidemment au corpus oulipien, des Cent mille milliards de poèmes aux Alphabets de Perec, en passant par Compléments de nom, le poème infini de Michèle Métail ou les poèmes en anagrammes d’Oskar Pastior, mais aussi aux formes antiques ou médiévales (notamment combinatoires) et à leur réappropriation par les poètes contemporains.

En effet, la poésie, en tant qu’elle adopte très souvent une forme spécifique (qui peut porter sur le vers, la strophe, la forme des poèmes ou même celle des recueils), que celle-ci soit fixée par la tradition (le sonnet, l’alexandrin…) ou inventée pour un recueil en particulier (comme dans ∈ de Jacques Roubaud ou l’Ipersonetto d’Andrea Zanzotto), pose à la traduction des questions très proches de celles de la littérature à contrainte. D’une certaine manière, la poésie est déjà littérature à contrainte, de même que la traduction est déjà écriture à contrainte. Comment, dès lors, faire dialoguer les travaux sur la traduction de la poésie avec ceux sur la traduction de la contrainte ? S’agit-il des mêmes questionnements, pour les traducteurs et pour les chercheurs ? Y a-t-il une différence entre traduire une forme poétique fixe et traduire un texte écrit avec une contrainte inédite ?

Dans la réflexion que nous nous proposons d’avoir, la contrainte n’est pas seulement formelle. De même, elle n’affecte pas seulement les textes. Elle peut aussi investir les conditions de production de la traduction : traduction collective, traduction-minute, traduction en collaboration avec l’auteur, auto-traduction… Les formes de la contrainte choisie sont donc multiples, mais la démarche diffère radicalement des traductions faites “sous contrainte”, c’est-à-dire dans des conditions imposées par quelqu’un d’autre que l’auteur·rice.

La traduction de la contrainte permet en outre d’interroger la pratique du traducteur et la pensée de la traduction qui l’habite plus ou moins consciemment. En quoi le traducteur d’une littérature à contrainte reproduit-il et démultiplie-t-il le geste de l’auteur, de l’oeuvre originale ? En effet, plus le texte résiste à la traduction, plus le traducteur doit réinventer ses outils, son éthos, et répondre aux appels de l’intraduisible, en assumant que son œuvre actualise seulement l’une des possibles vies de l’original dans cette langue étrangère. Cela permet-il à ces traductions d’agir à la fois comme lectures critiques et miroirs poétiques et donc d’interpréter autrement les œuvres originales ?

Sur le plan méthodologique et organisationnel, la journée sera ouverte à des formes innovantes et participatives d’intervention ainsi qu’à de la recherche-création ; elle mêlera communications scientifiques, tables rondes faisant dialoguer poètes, traducteurs et chercheurs, et lectures ou performances poétiques. Co-organisée notamment par deux membres de l’Outranspo (Ouvroir de translation potencial), elle inclura un atelier de traduction de poésie à contrainte animé par quelques membres de ce collectif.

_____

Quelques références bibliographiques

“Translating constrained literature / Traduire la littérature à contrainte”, dossier coordonné par C. Bloomfield et D. Schilling, Modern Language Notes (French Issue), The Johns Hopkins University Press, vol. 131 n°4, septembre 2016, 162 p.

“Traduire la contrainte”, revue Formules n°2, Noesis, 1998, 270 p.

A. Cordingley, C.Frigau Manning (dir.), Collaborative translation : from the Renaissance to the Digital age, London, New York, Bloomsbury Academic, 2017, 260 p.

“Voyage et équipage”, Cahier “Traduire en équipe”, revue Traduire n°233, 2015, URL : https://journals.openedition.org/traduire/720

D. Weissmann, V. Broqua, Sound /Writing : traduire-écrire entre le son et le sens. Homophonic translation – traducson – Oberflächenübersetzung, Editions des archives contemporaines, Coll. «Multilinguisme, traduction, création», 2019.

T. Samoyault, « Vulnérabilité de l’oeuvre en traduction », Genesis, n° 38, 2014, p. 57-68.

*** Propositions d’une demi-page maximum à envoyer avant le 15 novembre 2020 aux trois adresses suivantes : camille.bloomfield@univ-paris13.fr / gayraud.irene@gmail.com / p.bellomo@hotmail.it

Colloque Féminicides au XIXe siècle en France : socio-histoire, enjeux et représentations

Colloque « Féminicides au XIXe siècle en France : socio-histoire, enjeux et représentations »

Appel à communications

© Image : Graciela Hasper, Sin título, 1996, acrílico sobre tela, 120 x 181 cm.
Tous nos remerciements à l’artiste pour son aimable autorisation.

Date limite de dépôt : 11 janvier 2021

  • Margot Giacinti, doctorante en science politique à l’ENS de Lyon
  • Samy Lagrange, doctorant en histoire à l’Université Sorbonne Paris Nord
  • Mathilde Leïchlé, doctorante en histoire de l’art à l’Université PSL / EPHE
  • Lucie Nizard, doctorante en littérature française à l’Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle
  • Rémi Rouméas, doctorant en sociologie à l’ENS de Lyon

Organisateur/trice(s) et institution d’affiliation

Le colloque se tiendra à l’ENS de Lyon les 14 et 15 mai 2021.

 L’appel à communications pour le colloque interdisciplinaire « Féminicides au XIXe siècle en France : socio-histoire, enjeux et représentations » est prolongé jusqu’au 11 janvier 2021. Il se tiendra les 14 et 15 mai 2021 à l’ENS de Lyon et se propose de faire un point sur la recherche émergente, à travers les prismes de l’histoire culturelle, de la sociologie, du droit, de l’histoire de l’art et de la littérature. Toutes les informations sont à retrouver sur le site internet dédié.

Ayant vocation à favoriser un dialogue interdisciplinaire, cet appel est ouvert à tou·te·s les chercheur·se·s quelle que soit leur discipline. Les propositions sont à envoyer au plus tard le 11 janvier 2021 à colloquefeminicides2021@gmail.com.

Vous retrouverez également l’appel et toutes les informations relatives à l’évènement à l’adresse :  https://colloquefeminicides2021.wordpress.com/

Journées d’étude HispanismeS : de la marge au croisement des disciplines ?

Journées d’étude “HispanismeS : de la marge au croisement des disciplines ?”

Appel à communications

© Image : Graciela Hasper, Sin título, 1996, acrílico sobre tela, 120 x 181 cm.
Tous nos remerciements à l’artiste pour son aimable autorisation.

Date limite de dépôt : 15 janvier 2021

Appel à communication en français, espagnol, portugais et catalan

Journées d’étude Université Sorbonne Paris NordSociété des Hispanistes Français

Jeudi 3 et vendredi 4 juin 2021Campus de Villetaneuse et Campus Condorcet (Aubervilliers)

Télécharger l’appel en pdf ici.

Lors de ces journées d’étude, qui incluront une réunion du bureau et du comité de la Société des Hispanistes Français ainsi qu’une Assemblée générale, il s’agira de questionner le paradigme des « disciplines » et des échanges ou croisements entre elles. En effet, les hispanistes, avec les lusistes et les catalanistes, ne se définissent pas comme des spécialistes de telle ou telle discipline, mais comme des spécialistes de domaines étrangers. Ainsi, nous postulons que nous sommes aux marges des disciplines, placés dans une sorte de marginalité. Mais celle-ci serait-elle seulement synonyme de marginalisation ? N’impliquerait-elle pas plutôt de nous placer, avec les autres enseignants-chercheurs des domaines étrangers, dans une position de médiation entre les disciplines, au sein même de nos formations et de nos recherches, et entre les collègues d’autres départements et laboratoires, identifiés pour leur part par une seule discipline (si tant est que cela soit possible dans les faits) : historiens, spécialistes de littérature, linguistes, géographes, sociologues, anthropologues, historiens de l’art, etc. ?

Aujourd’hui nous faisons le constat que la recherche, de façon générale, est dans une dynamique de globalisation. Par ailleurs, les chercheurs en « humanités » sont invités à mettre en œuvre un dialogue non seulement interne, entre les disciplines qui les constituent, mais aussi externe, avec les disciplines de sciences dures, les médecins, les économistes, les juristes, etc., ainsi qu’à « passer à l’ère du numérique ». Quel rôle y jouent les spécialistes de domaines étrangers ? Quel rôle doivent/peuvent-ils y jouer ?

Les hispanistes, travaillant main dans la main avec les lusistes et les catalanistes dans les universités françaises, ont-ils une identité propre au sein des spécialistes de domaines étrangers ? L’hispanisme, ou plutôt les hispanismes, sont à un tournant, dans un moment de redéfinition. Ils s’écartent de l’hispanisme porté en héritage depuis le début du XXe siècle en France. Dans celui-ci le Moyen Âge et le Siècle d’Or avaient la part belle parce qu’ils étaient un prolongement des études classiques. Désormais, comme dans tous autres domaines étrangers, les thèses de doctorat portent en grande majorité sur la période contemporaine. Mais dans les hispanismes celles-ci portent en outre pour plus de la moitié sur les pays de l’Amérique ibérique, avec une présence notable et croissante des études filmiques, et plus généralement des arts visuels, ce que l’on ne peut constater dans aucun autre domaine étranger en France.

Nous proposons dans ce cadre de mettre en œuvre et en débat la question du passage de la marge au croisement des disciplines dans les différents domaines de formation et de recherche des lettres et sciences humaines et sociales : où et comment passer de la pluri- à la transdisciplinarité ?

Les termes de ce qui définit les différents domaines de formation et de recherche sont eux-mêmes discutés, en particulier le terme de « civilisation ». L’on constate également l’usage croissant du paradigme des « Studies », des « Cultural Studies », des « Visual Studies », « Gender Studies », etc. Quelle place dans ce cadre pouvons-nous accorder dans l’hispanisme européen à l’expression de « Spanish Studies » ou de « Iberian Studies » forgée par le monde anglo-saxon ?

Afin de ne pas apporter de réponse toute faite à ces questions, les journées d’étude de Paris 13 donneront la parole à des chercheurs de « disciplines » différentes. Nous organiserons des ateliers parallèles, avec interventions (en français, espagnol, portugais ou catalan) de 20 minutes sélectionnées par le comité d’organisation.

Vous pouvez envoyer vos propositions de communication à hispanistesparis13@gmail.com avant le 15 janvier 2021. En plus d’indiquer le titre, ces propositions devront inclure un résumé et 5 mots-clés et un bref CV de l’auteur de la proposition.

Hispanismos: ¿del margen al cruce de disciplinas?

Jornadas de estudio Universidad de París 13

Sociedad de Hispanistas Franceses

Jueves 3 y viernes 4 de junio de 2021

Campus de Villetaneuse y Campus Condorcet (Aubervilliers)

En el marco de estas jornadas, que incluirán una reunión de la dirección y otra del comité de la Sociedad de Hispanistas Franceses, así como una asamblea general, se tratará de cuestionar el paradigma de las “disciplinas” y de los intercambios o cruces entre ellas. De hecho, los hispanistas, con los lusistas y los catalanistas, no se definen como especialistas de una u otra disciplina, sino de unas “áreas” extranjeras. De este modo, postulamos que estamos al margen de las disciplinas, que nos encontramos en una suerte de marginalidad. Pero, ¿será esta solamente sinónimo de marginalización? O, más bien, ¿no implicará situarnos, con los otros investigadores sobre áreas extranjeras, en una posición de mediación entre las distintas disciplinas, dentro de nuestras propias estructuras de docencia e investigación, pero también entre los colegas de otros departamentos y grupos de investigación, identificados por su parte con una única disciplina (suponiendo que esto sea posible): historiadores, especialistas de literatura, lingüistas, geógrafos, sociólogos, antropólogos, historiadores del arte, etc.?

Hoy constatamos que la investigación, de modo general, está en una dinámica de globalización. Por lo demás, se incita a los investigadores del ámbito de “humanidades” a un diálogo no solo interno, entre las disciplinas que las constituyen, sino también externo, con las ciencias duras, con los médicos, los economistas, los juristas, etc., así como a “pasar a la era digital”. ¿Qué papel tienen los especialistas de áreas extranjeras en este contexto? ¿Qué papel deben/pueden tener?

Los hispanistas, que trabajan estrechamente con los lusistas y los catalanistas en las universidades francesas, ¿tienen una identidad propia entre los especialistas de áreas extranjeras? El hispanismo, o más bien los hispanismos, se encuentran en un momento crucial, de redefinición. Se apartan del hispanismo heredado desde principios del siglo XX en Francia. En este hispanismo, la Edad Media y el Siglo de Oro ocupaban un lugar preponderante, porque constituían una prolongación de las humanidades clásicas. Hoy en día, como en las demás áreas extranjeras, las tesis doctorales versan en su gran mayoría sobre el periodo contemporáneo. Y además, más de la mitad de ellas versan sobre países latinoamericanos, con una presencia notable y creciente de estudios fílmicos, y más en general de estudios sobre las artes visuales, lo que no se puede constatar en ninguna otra área extranjera estudiada en Francia.

En este contexto, proponemos debatir la cuestión del paso desde el margen al cruce de disciplinas, en los distintos ámbitos de formación e investigación en letras y ciencias humanas y sociales: ¿dónde y cómo pasar de la pluri- a la transdisciplinariedad?

Son objeto de discusión los propios términos que delimitan los distintos ámbitos de formación e investigación, en particular el término “civilización”. Se constata igualmente un uso creciente del paradigma de los “Studies”, de los “Cultural Studies”, “Visual Studies”, “Gender Studies”, etc. En este marco, ¿qué lugar podemos reservar, en el hispanismo europeo, a las nociones de “Spanish Studies” o “Iberian Studies” forjadas por el mundo anglosajón?

Para no aportar a estas cuestiones una respuesta preestablecida, las jornadas de estudio de la Universidad de París 13 darán la palabra a investigadores de “disciplinas” diferentes. Organizaremos talleres paralelos, con intervenciones (en español, portugués, catalán o francés) de 20 minutos seleccionadas por el comité de organización.

Las propuestas de comunicación pueden mandarse a hispanistesparis13@gmail.com antes del 15 de enero de 2021. Además de indicar del título, deberán incluir un resumen de 10 líneas y 5 palabras clave y una breve presentación del autor de la propuesta.

HispanismoS: da margem ao cruzamento de disciplinas?

Jornada de estudos – Universidade Paris 13

Sociedade dos Hispanistas da França

Quinta-feira 3 e Sexta-feira 4 de junho de 2021

Campus de Villetaneuse e Campus Condorcet (Aubervilliers)

Na ocasião dessa jornada de estudos, que inclui uma reunião do comitê da Sociedade de Hispanistas da França bem como uma Assembleia Geral, busca-se questionar o paradigma das « disciplinas » e das trocas ou cruzamentos entre elas. Com efeito, os hispanistas, junto com os lusistas ou catalanistas, não se definem propriamente como especialistas de uma ou outra disciplina, mas como especialistas de domínios estrangeiros. Assim, postulamos que estamos às margens das disciplinas, situados numa forma de marginalidade. Mas será que se trata somente de uma forma de marginalização? Ou não seria mais pertinente pensar que estamos, juntamente com outros professores-pesquisadores de áreas estrangeiras, numa posição de mediação entre as disciplinas, no âmbito mesmo das nossas formações e das nossas pesquisas, e entre os colegas de outros departamentos e laboratórios, que são identificados a uma única disciplina (se é que, de fato, isso seja possível): historiadores, especialistas de literatura, linguistas, geógrafos, sociólogos, antropólogos, historiadores da arte, etc.?

Na atualidade, constatamos que a pesquisa, de maneira geral, encontra-se numa dinâmica de globalização. Além disso, os pesquisadores em « humanidades » são convidados a colocar em prática um diálogo não somente interno, entre as disciplinas sociais e humanas, mas também externo, com as disciplinas das ciências tidas como « duras », com profissionais das áreas de saúde, economistas, juristas, etc, além da imposição das necessidades próprias da « era digital ». Qual papel exercem os especialistas dos domínios estrangeiros? Qual papel devem/podem desempenhar?

Será que os hispanistas, trabalhando associados aos lusistas e catalanistas nas universidades francesas, possuem uma identidade própria no meio dos especialistas de domínios estrangeiros? O hispanismo, ou mais particularmente oS hispanismoS, encontra-se num momento de guinada, de redefinição, tendendo a distanciar-se de um hispanismo que tem suas origens, na França, no início do século XX, quando a Idade Média e o Século de Ouro tinham um lugar privilegiado já que o campo era visto como um prolongamento dos estudos clássicos. No entanto, nos últimos tempos, como nos outros domínios estrangeiros, as teses de doutorado portam na sua grande maioria sobre o período contemporâneo. Além disso, surgem progressivamente novos trabalhos no domínio dos hispanismos que privilegiam os países ibero-americanos, com forte e crescente presença dos estudos cinematográficos e, de maneira mais geral, das artes visuais, o que não se constata em nenhuma outra área estrangeira na França.

Nesse contexto, propomos refletir e debater sobre a questão da passagem da margem ao cruzamento de disciplinas nos diferentes domínios de formação e de pesquisa em letras e ciências humanas e sociais: onde e como se concretiza a passagem da pluri à transdisciplinaridade?

Os próprios termos que definem os diferentes domínios de formação e de pesquisa podem ser discutidos, em particular a noção de «civilização». Constata-se da mesma forma o uso crescente do paradigma dos «Studies», «Cultural Studies», dos «Visual Studies», dos «Gender Studies», etc. Nesse sentido, qual lugar atribuir no hispanismo francês à expressão de «Spanish Studies» forjada no mundo anglo-saxônico?

Sem pretender esgotar essas questões, a jornada de estudos de Paris 13 busca dar voz a pesquisadores de diferentes «disciplinas». Serão organizados ateliês paralelos, com intervenções de 20 minutos (em português, espanhol, catalão o francês) selecionadas pelo comitê de organização

As propostas de comunicação devem ser enviadas antes do 15 de janeiro de 2021 para o endereço: hispanistesparis13@gmail.com, indicando o título e um resumo de 10 linhas e 5 palavras-chave e uma breve apresentação do autor da proposta. 

HispanismeS: del marge a l’encreuament de les disciplines ?

Jornades d’estudi Université Sorbonne Paris Nord

Société des Hispanistes Français

Dijous 3 i Divendres 4 de juny de 2021

Campus de Villetaneuse et Campus Condorcet (Aubervilliers)

En aquestes jornades d’estudi que inclouran una reunió de la junta i del comitè de la Société des Hispanistes Français, així com una Assemblea General, es tractarà de qüestionar el paradigma de les « disciplines » i dels intercanvis o encreuaments entre elles. Els hispanistes, amb els lusistes i els catalanistes no es defineixen com a especialistes d’una o una altra disciplina, sinó com a especialistes d’àmbits estrangers. D’aquesta manera, mantenim que som al marge de les disciplines, ubicats en una mena de marginalitat. Però seria aquesta darrera només sinònim de marginació? No implicaria més aviat ubicar-nos, amb d’altres docents-investigadors dels àmbits estrangers, en una posició de mediació entre les disciplines, al si de les nostres carreres universitàries i de les nostres recerques, i entre els col·legues d’altres departaments i equips de recerca, identificats per la seva banda, per una única disciplina (si és que això fos possible en els fets): historiadors, especialistes de literatura, lingüistes, geògrafs, sociòlegs, antropòlegs, historiadors d’art, etc.

Actualment constatem, generalment, que la investigació es troba en una dinàmica de globalització. A més, s’està convidant els investigadors en « humanitats » a implementar un diàleg no només intern, entre les disciplines que en formen part, sinó també extern, amb les disciplines de ciències dures, els metges, les economistes, els juristes, etc., així com “a passar a l’era digital”. Quin paper hi juguen els especialistes d’àmbits estrangers? Quin paper han de/poden jugar-hi?

Tenen els hispanistes, que treballen plegats amb els lusistes i els catalanistes a les universitats franceses, una identitat pròpia al si dels especialistes d’àmbits estrangers?  L’hispanisme, o més aviat, els hispanismes, es troben en un canvi, en un moment de re-definició. S’aparten de l’hispanisme llegat des del començament del segle XX a França en el qual l’Edat Mitjana i el Segle d’Or tenien gran importància perquè eren la prolongació dels estudis clàssics. Ara, com passa a tots els altres àmbits estrangers, les tesis de doctorat se centren en el període contemporani. En els hispanismes, però més de la meitat de les tesis se centren en els països de l’Amèrica Ibèrica, amb una presència notable i creixent d’estudis fílmics, i més generalment d’arts visuals, el que no es pot constatar en cap altre àmbit estranger a França.

Proposem, en aquest marc, aplicar i debatre la qüestió del pas del marge a la intersecció de les disciplines en els diferents àmbits de docència i d’investigació en lletres i en ciències humanes i socials: on i com passar de la pluri- a la transdisciplinaritat ?

Es discuteixen també els termes d’allò que defineix els diferents àmbits de les carreres universitàries i de les recerques, en concret el terme de “civilització”. Es constata també l’ús cada cop més gran del paradigma « Studies », dels « Cultural Studies », dels « Visual Studies », del « Gender Studies », etc. Quin lloc en aquest marc podem donar dins de l’hispanisme europeu a l’expressió «  Spanish Studies » ou d’ « Iberian Studies » forjat pel món anglo-saxó?

Per no donar una resposta tota feta a aquestes qüestions, les jornades d’estudi de Paris 13 donaran la paraula a investigadors de « disciplines » diferents. Organitzarem tallers paral·lels, amb intervencions (en francès, espanyol, portuguès o català) de 20 minuts seleccionades pel comitè d’organització.

Encara es poden enviar les propostes de comunicació a hispanistesparis13@gmail.com abans del 10 de gener de 2021. A més d’indicar-ne el títol, aquestes propostes hauran d’incloure un resum i 5 paraules-claus.

Colloque Les arts plastiques et la musique au prisme du cinéma : penser l’hybridité

Colloque “Les arts plastiques et la musique au prisme du cinéma : penser l’hybridité”

Appel à communications

© Image : Edward Hopper, New York Movie, 1939.

Date limite de dépôt : 14 décembre 2020

Présentation

Dès le début du xxe siècle, de nombreux écrits ont affirmé la nature syncrétique[1] du cinéma, alors synonyme de modernité. Les années 1920, en particulier, furent marquées par la publication d’essais rapprochant, ou au contraire distinguant, le cinéma des autres arts. Alors qu’il a été considéré par les uns comme la forme artistique la plus complète, d’autres ont interprété son hybridité comme un échec à fonder sa propre esthétique. Toujours est-il qu’à l’âge du numérique, le cinéma n’a rien perdu de sa ductilité, même s’il est devenu un système de représentation minoritaire, selon les analyses de Jean-Michel Frodon[2]. Ainsi, en adoptant un point de vue transdisciplinaire, ce colloque entend interroger l’hybridité cinématographique, des origines de ce médium jusqu’à nos jours. Toutefois, nous laisserons de côté son rapport à la littérature, trop vaste à étudier dans ce cadre, pour nous consacrer exclusivement aux rapports du grand écran à la musique et aux arts plastiques.

La rencontre de ces pratiques artistiques a déjà suscité de multiples travaux, tant dans le champ des études cinématographiques que musicologiques, ou relevant de l’histoire de l’art ; néanmoins, toutes les perspectives ne semblent pas avoir été épuisées.

En effet, bien souvent, le rapport au septième art a été envisagé dans un sens plutôt qu’un autre, selon les disciplines. D’une part, la musique de film a suscité une production scientifique très abondante[3], conjuguant les points de vue analytique, historique, esthétique ou technique. En revanche, malgré quelques travaux récents, la musicalité du cinéma, désignée comme telle par le musicologue Émile Vuillermoz[4] – qui est aussi l’un des fondateurs de la critique cinématographique – mériterait une étude plus approfondie. En effet, l’analogie entre cinéma et musique repose sur des paradigmes communs (rythme, tempo[5]) ou transposables d’un médium à l’autre (harmonie, cadence, variations d’intensité, etc.), ou encore sur des similitudes formelles. De ce point de vue, les fondements théoriques de cette hybridité, ses apories, mais aussi et surtout les expérimentations cinématographiques auxquelles elle a donné lieu, gagneraient à être explorés et analysés plus systématiquement. Car si le cinéma d’avant-garde, dans l’entre-deux-guerres, est particulièrement propice à ce rapprochement (songeons par exemple à Germaine Dulac[6] ou à Walter Ruttmann), il faut également tenir compte des réalisations plus tardives relevant de la culture de masse. Aussi les travaux de Danijela Kulezic-Wilson[7], par leur explicitation des enjeux théoriques et pratiques du concept de musicalité cinématographique, constituent-ils un jalon important. Ajoutons enfin que cette hybridité sera d’autant plus manifeste chez des réalisateurs également compositeurs, tels Emir Kusturica ou Tony Gatlif, mais d’autres figures pourraient évidemment être évoquées : Wim Wenders, Wong Kar Wai, etc. (La liste est longue).

D’autre part, dans le domaine des arts plastiques, beaucoup d’études se sont centrées sur les emprunts du cinéma à la peinture, et sur la picturalité de l’œuvre cinématographique[8]. De même, les biopics inspirés de la vie des artistes (Goya de Carlos Saura, Van Gogh de Maurice Pialat, La Belle Noiseuse de Jacques Rivette, etc.) ont souvent retenu l’attention des chercheurs, dans la mesure où ils offrent un regard singulier sur le geste créateur ou le statut de l’artiste[9]. On se situe alors dans le domaine de la représentation – celle de l’artiste au travail, ou celle de l’œuvre, intégrée au réseau sémantique que construit le film – qui invite à s’intéresser au procédé de la citation[10]. Inversement, on s’est peu penché sur ce que la peinture ou les arts graphiques doivent au septième art, sur le plan du langage et de l’esthétique, bien que certaines figures comme Andy Warhol ou Edward Hopper aient éveillé un vif intérêt. Pensons également au catalogue de l’exposition new yorkaise « Picasso, Braque and Early Film in Cubism », seul en son genre d’après François Albera[11]. Les contributions pourront ainsi s’arrêter sur le « cinématisme »[12] des œuvres – pour reprendre l’expression forgée par S. M. Eisenstein –, sur des plasticiens aux pratiques plurielles et/ou intermédiatiques, sur leur formation ou leur itinéraire à la croisée du cinéma et des autres arts. En outre, les rapports de la bande-dessinée au grand écran mériteraient d’être approfondis, au-delà de la question de l’adaptation ; on pourra également s’intéresser à des productions encore largement laissées dans l’ombre, telles que l’imagerie qui circule en marge du spectacle filmique, ou l’évolution de l’art de l’affiche en interaction avec le cinéma.

En définitive, grâce à ce double point de vue sur le cinéma – un art façonné par les autres mais aussi façonnant –, ce colloque entend appréhender des pratiques artistiques hybrides (entre cinéma et musique ou arts plastiques) en lien avec un univers médiatique nécessairement pluriel[13], tout au long des xxe et xxie siècles. On privilégiera des approches originales susceptibles d’apporter un nouveau regard, au sein des courants d’avant-garde comme dans le cadre de ce que l’on a appelé la culture de masse, sur la plasticité du septième art ; une plasticité dont témoignent les nombreuses métaphores artistiques auxquelles ont eu recours les théoriciens et les critiques cinématographiques.

Axes de réflexion

Sans se limiter à une aire géographique ou culturelle, les propositions de communication, en français ou en anglais, d’une durée de 20 à 25 min, pourront s’inscrire dans l’un des axes suivants dont la liste n’est qu’indicative :

  • La musicalité du cinéma
  • Les mises en image de la musique
  • L’imagerie du cinéma
  • Les emprunts esthétiques au cinéma dans les arts plastiques
  • Les emprunts terminologiques aux autres arts dans la critique ou la théorie du cinéma
  • L’hybridité en question : dissonances et hiatus
  • Approches transversales mettant en jeu à la fois le cinéma, la musique et les arts plastiques

Envoi des propositions

Les propositions de communication (en .doc ou .docx), sont à envoyer à Cécile Fourrel de Frettes et à Inès Taillandier-Guittard, au plus tard le 14 décembre 2020, aux deux adresses suivantes : cecile.fourreldefrettes@univ-paris13.fr et ines.taillandierguittard@univ-evry.fr

Elles comprendront :

  • un titre
  • un résumé de 300 à 400 mots
  • une brève biobibliographie

Une réponse sera apportée, après examen des propositions, avant le 30 janvier 2021.

Document

Télécharger le pdf de l’appel, ici.

Organisation

  • Unité de Recherche pluridisciplinaire Pléiade (UR 7338) et structure fédérative de recherche MÉDIALECT, Université Sorbonne Paris Nord
  • RASM-CHCSC (Recherche, arts, spectacle, musique – Centre d’Histoire culturelle des sociétés contemporaines), Université d’Évry/Paris-Saclay

Dates du colloque : 15 et 16 avril 2021

Lieux : Université d’Évry et Université Sorbonne-Paris-Nord (Campus de Villetaneuse)

Le colloque sera suivi d’une publication des articles retenus après évaluation.

Comité scientifique

  • Brice Castanon-Akrami (Université Sorbonne Paris Nord, Pléiade)
  • Cécile Fourrel de Frettes (Université Sorbonne Paris Nord, Pléiade)
  • Chloé Huvet (Université d’Évry/Paris-Saclay, RASM-CHCSC)
  • Emmanuel Le Vagueresse (Université de Reims Champagne-Ardenne, CIRLEP)
  • Marie-Linda Ortega (Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle, CREC)
  • Valérie Stiénon (Université Sorbonne Paris Nord, Pléiade)
  • Inès Taillandier-Guittard (Université d’Évry/Paris-Saclay, RASM-CHCSC)
  • Grégoire Tosser (Université d’Évry/Paris-Saclay, RASM-CHCSC)
  • Cécile Vincent-Cassy (Université Sorbonne Paris Nord, Pléiade)

Notes

[1] Cette idée est par exemple récurrente dans les textes réunis par Daniel Banda et José Moure : Le Cinéma. Naissance d’un art, 1895-1920, Paris, Flammarion, 2008. Voir également François Albera (éd.), Les Formalistes russes et le cinéma. Poétique du film, Paris, Nathan, 1996, et id., Le Cinéma au défi des arts, Liège, Yellow now, Coll. « Côté cinéma », 2019.

[2] Jean-Michel Frodon, Horizon cinéma. L’Art du cinéma dans le monde contemporain à l’âge du numérique et de la mondialisation, Paris, Cahiers du cinéma, Coll. « 21e siècle », 2006.

[3] Voir Jeannie Pool et Stephen H. Wright, A Research Guide to Film and Television Music,New York, Oxford University Press, 2011.

[4] Voir Émile Vuillermoz, « La musique des images » (1927), cité dans Emmanuelle Toulet et Christian Belaygue, Musique d’écran. L’Accompagnement musical du cinéma muet en France : 1918-1995, Paris, Réunion des Musées Nationaux, p. 113-120.

[5] Laurent Guido, L’Âge du rythme. Cinéma, musicalité et culture du corps dans les théories françaises des années 1910-1930, Lausanne, Payot, 2007 ; Danijela Kulezic-Wilson, dans The Musicality of Narrative Film (Londres, Palgrave Macmillan, 2015), fonde cette analogie sur trois éléments de convergence : temps, rythme et mouvement.

[6] Germaine Dulac, Écrits sur le cinéma (1919-1937), éd. Prosper Hillairet, Paris, Paris Expérimental, 1994. Roxane Hamery, « Debussy tel qu’en lui-même le cinéma l’a vu (et entendu) : Arabesques de Germaine Dulac et Images pour Debussy de Jean Motry », Musurgia, vol. 17, nº 2, 2010, p. 71-84.

[7] Danijela Kulezic-Wilson, The Musicality of Narrative Film, op. cit.

[8] Certains réalisateurs qui ont revendiqué ou affiché cette intermédialité se prêtent tout particulièrement à de telles d’analyses. Voir François Albera, Le Cinéma au défi des arts, op. cit. ; Patricia-Laure Thivat (dir.), Peinture et cinéma. Picturalité de l’image filmée de la toile à l’écran, numéro spécial de la revue Ligeia, vol. 2, nº 77-80, 2007, p. 73-283.

[9] Voir Gilles Mouëllic et Laurent Le Forestier (dirs.), Filmer l’artiste au travail, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013.

[10] Voir Pierre-Henry Frangne, Antony Fiant et Gilles Mouëllic (dirs.), Les Œuvres d’art dans le cinéma de fiction, Rennes, Presses universitaires de Rennes,2014 ; Dominique Sipère et Alain J.-J. Cohen (dirs.), Les Autres Arts dans l’art du cinéma, Rennes, Presses universitaires de Rennes,2007 ; Alain Bonfand, Le Cinéma saturé. Essai sur les relations de la peinture et des images en mouvement, Paris, Vrin, Coll. « Essais d’Art et de Philosophie », 2012 (2e édition revue et augmentée).

[11] « Cinéma et peinture, peinture et cinéma », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze, nº 54, 2008, mis en ligne le 1er février 2011, consulté le 20 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/1895/2932. Dans son étude, Berenice B. Rose analyse comment Picasso transpose le phénomène filmique à la toile dans Les Demoiselles d’Avignon (1907). Selon elle, « Picasso et Braque s’emparèrent du cinéma comme un agent catalytique – un deus ex machina – pour mettre en pièces les conventions de la représentation jusque dans leurs fondations et les reconstruire ». Voir Tom Gunning, Bernice B. Rose et Jennifer Wild (éd.), Picasso Braque and Early Film in Cubism, PaceWildenstein Gallery, New York, 2007, p. 37.

[12] Dans un ensemble de textes publiés sous le titre Cinématisme : peinture et cinéma (Dijon, Les Presses Du Réel, 2009), Eisenstein définit une méthodologie de l’analyse de l’œuvre d’art dans ses rapports au cinéma.

[13] Nous renvoyons ici aux travaux d’André Gaudreault et Philippe Marion, selon lesquels un média « trouve progressivement sa personnalité en gérant de manière plus ou moins singulière l’irrépressible part d’intermédialité qui toujours le traverse ». Voir « Un média naît toujours deux fois », dans André Gaudreault et François Jost (dirs.), « La croisée des médias », Sociétés et représentations, nº 9, Paris, Publications de la Sorbonne, CREDHESS, avril 2000, p. 21-36.

Appel à contribution pour la revue Itinéraires : dossier “Fables du trauma”

Appel à contribution pour la revue Itinéraires : dossier “Fables du trauma”

Date limite de dépôt : 1er juin 2021


Argumentaire

Si le récit occupe une place centrale dans l’appréhension du trauma aujourd’hui, quelle place pouvons-nous offrir à la fable et au processus de fabulation?

Depuis la fin du XXe siècle, les travaux issus des trauma studies et des études littéraires ont pu faire état du rapport paradoxal que la notion de trauma entretient avec le récit. Ils ont insisté, d’une part, sur les implications narratives de la représentation problématique du trauma, et d’autre part, sur les fonctions éthiques, réparatrices et thérapeutiques de la mise en récit. Si fable et récit ne s’opposent pas nécessairement, aborder la question du trauma par le prisme de la fable et de la fabulation permet, en revanche, d’accorder une place plus importante au rôle et au fonctionnement de la fiction, à sa mise en scène en tant que telle, au travail d’étrangéification du réel, à l’imagination et à l’hybridation générique. Dans le sillage des travaux récents qui renouvellent l’étude des pouvoirs de la fiction, le présent dossier a pour perspective d’explorer les liens entre fable, fabulation et trauma.

« Fable » et « fabulation » comprennent une ambiguïté fructueuse liée à une triple acception : la fable comme activité d’imagination et d’invention (ou comme résultat de cette invention) ; la fable comme récit faux, mensonger, ou construction mythique ; ou encore la fable comme fabulation dans sa dimension clinique, invention de faits imaginaires que le sujet présente comme réels. En outre, la « fabulation » a été mobilisée par différents penseurs qui, chacun dans leur domaine, ont cherché à mettre en relief sa dimension positive et sa portée politique.

Reprenant à Henri Bergson le terme de fabulation mais lui donnant une nouvelle orientation, Gilles Deleuze met en relief la dimension productrice de la fabulation. Celle-ci est susceptible de constituer une force d’opposition aux récits dominants qui façonnent le monde mais aussi d’inventer ce « qui manque » en se dégageant d’un « actuel vécu » apparaissant dès lors comme « l’invivable », « l’intolérable ». Parce qu’elle perturbe les relations entre réalité et fiction, la fabulation engage un nouveau rapport possible au monde. Cette question intéresse de nombreux théoriciens et penseurs. Par exemple, Ronald Bogue s’empare de la fabulation deleuzienne pour aborder un corpus littéraire contemporain. Saidiya Hartman, en passant par ce qu’elle appelle la critical fabulation donne sa part de fiction aux archives photographiques. De son côté, Donna Haraway mobilise l’expression de speculative fabulation pour penser la portée critique et créatrice de récits. Lionel Ruffel, quant à lui, utilise le terme de fabulation pour analyser en littérature ces fictions « à effet de fiction » qui font de la fabulation et de la « dérive référentielle » des modes d’accès privilégié à la réalité.

Si l’on entend « fable » dans la plus grande extension du terme – du récit mensonger à l’élaboration de fictions ou de « contre-fictions », en passant par la production d’une lecture orientée, voire idéologique, des événements – apparaissent un certain nombre d’interrogations. Le trauma étant souvent considéré comme ce qui met en crise la dimension référentielle du langage (Caruth), ce qui engendre une déréalisation du monde ou ce qui est lié à des événements occultés, comment la fable et la fabulation en permettent-elles l’expression et l’accès ? À l’inverse, comment certaines fables participent-elles de ce phénomène d’occultation ? Quelles sont les modalités narratives, énonciatives et/ou discursives de ces récits et de ces discours ? Comment ces derniers concourent-ils à restaurer ou à construire une lisibilité du monde et des événements ou, au contraire, comment cherchent-ils à la déstabiliser, voire à engendrer de nouveaux possibles ? Quelle puissance inventive, diagnostique et critique peut être contenue dans les fables ou dans l’acte de fabulation appelés par le trauma ?

Enfin, un pas supplémentaire peut être fait dans la compréhension de l’expression « fables du trauma » : si l’on envisage le trauma comme une catégorie de pensée historique, un discours de savoir et un « régime de véridiction » particulier (Fassin et Rechtman), peut-on alors considérer qu’il constitue aujourd’hui un nouveau « grand récit » (Lyotard) occidental ? De ce point de vue, il s’agirait de s’intéresser aux productions littéraires et artistiques qui cherchent à mettre en scène, à troubler, voire réfuter cette « fable ».

Les propositions de contribution attendues pour ce dossier prendront en compte une ou plusieurs de ces questions qui ne sont pas exclusives les unes des autres. Elles porteront sur des œuvres littéraires/artistiques ou critiques de toutes aires géographiques qui explorent les liens entre trauma, fable et fabulation et s’intéressent aux implications, aux formes ou encore aux modes de circulation de ces dernières.

Merci de faire parvenir vos propositions (500 mots) ainsi qu’une bio-bibliographie à Alice Laumier (alicelaumier@gmail.com) et Rym Khene (rymkhene@gmail.com) d’ici le 1er juin 2021.

Calendrier

Date limite d’envoi des proposition : 1er juin 2021

Réponse : 15 juillet 2021

Remise des articles : 15 novembre 2021

Date de publication : 2022

Bibliographie indicative :

BALAEV Michelle, « Trends in Literay Trauma Theory », in Mosaic: An Interdisciplinary Critical Journal, vol. 41, n° 2, juin 2008.

BERGSON Henri, Les Deux sources de la morale et de la religion [1932], Paris, PUF, 2013.

BOGUE Ronald, Deleuzian Fabulation and the Scars of History, Edinburgh, Edinburgh University Press, 2010.

CARUTH Cathy, Unclaimed Experience: Trauma, Narrative and History, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1996.

COQUIO Catherine, Le Mal de vérité ou l’utopie de la mémoire, Paris, Armand Colin, 2015.

CRAPS Stef, Postcolonial Witnessing Trauma Out of Bounds, Palgrave Macmillan, 2013.

DELEUZE Gilles, L’Image-temps. Cinéma 2, Paris, Les Éditions de Minuit, coll. « Paradoxe », 1985.

FASSIN Didier et RECHTMAN Richard, L’Empire du traumatisme [2007]. Enquête sur la condition de victime, Paris, Flammarion, coll. « Champs essais », 2011.

HARAWAY Donna, Staying with the Trouble, Durham, North Carolina, Duke University Press, 2016.

HARTMAN Saidiya, Wayward Lives, Beautiful Experiments, New York, WW. Norton & Company, 2019.

LAZALI Karima, Le Trauma colonial. Une enquête sur les effets psychiques et politiques contemporains de l’oppression coloniale en Algérie, Paris, La Découverte, 2019.

LEYS Ruth, Trauma: A Genealogy, Chicago, University of Chicago Press, 2000.

LUCKHURST Roger, The Trauma Question, London, Routledge, 2008.

LYOTARD Jean-François, La Condition postmoderne, Paris, Les Éditions de Minuit, coll. « Critique », 1979.

RUFFEL Lionel, Volodine post-exotique, Nantes, Cécile Defaut, 2007.

WHITEHEAD Anne, Trauma Fiction,Edinburgh, Edinburgh University Press, 2004.

Appel à contribution pour la revue Itinéraires : dossier “Publier la littérature”

Appel à contribution pour la revue Itinéraires : dossier “Publier la littérature”

Date limite de dépôt : 15 septembre 2021


Argumentaire 

Ce que plusieurs chercheurs et chercheuses ont appelé « la littérature hors du livre » (Rosenthal et Ruffel 2010 et 2018) occasionne aujourd’hui des changements profonds à l’idée même de « littérature », dans la mesure où l’on considère que celle-ci peut très bien être produite, publiée et reçue dans des contextes qui lui confèrent des parentés troublantes avec les arts de la performance. Outre qu’elle demande de nouvelles collaborations entre certaines disciplines (en particulier les études littéraires et théâtrales), la situation contemporaine permet peut-être de voir que ces liens existaient déjà par le passé, et invite par là à réévaluer la dimension performative de la littérature des siècles précédents. C’est ce double regard sur le présent et le passé, même très ancien, que ce dossier entend engager, dans une ouverture sur toutes les littératures. 

Les formes d’« écritures » contemporaines débordent largement le périmètre de ce qu’on appelle la « littérature ». Celle-ci excède parfois les limites posées en son temps par Nelson Goodman ([1968] 2011) : art à une phase (celle de son écriture), de régime allographique (qu’on ne peut pas contrefaire), dont l’« exécution » (l’écriture) précède toujours l’« implémentation » (sa publication et sa lecture). Autrement dit, la manière dont les textes « entre[nt] dans la culture » (Goodman [1984] 2009) gagne à être réinterrogée. De fait, l’« œuvre » de l’écrivain·e peut être « manifestée » – diversement – par des « objets » (Genette [1994] 2010) autres que le livre. La question de la publication gagne ainsi à être abordée dans son acception la plus large possible, comme la rencontre potentielle ou actualisée d’une œuvre (ou d’une partie de l’œuvre) avec un public. Celle-ci n’est pas nécessairement livresque, mais peut aussi intervenir via l’enregistrement, l’exposition ou la performance, par exemple. 

En ce qui concerne le contemporain, cette diversification des manières de publier – collages numériques, performances, podcasts, tags, etc. – est sans doute moins le signe d’une rupture avec le livre que celui d’une prise en considération de ses limites. Elle témoigne peut-être aussi d’une remise en question de la compréhension de l’activité littéraire comme système clos sur lui-même. Elle se comprend enfin, pour partie, à l’aune de la situation économique des divers auteurs et autrices, en concurrence ou en accompagnement des stratégies médiatiques et publicitaires des entreprises et des institutions. Même si ces pratiques de publication peuvent sembler nouvelles dans leur ampleur, il s’agit de prêter attention aux très nombreux précédents que l’histoire recèle : affiches, chansons, inscriptions urbaines, tracts, etc. On songera en outre aux nombreux espaces de socialisation dont la littérature a disposé par le passé, des salons aux clubs de lecture, en passant par la radio. Idéalement, la considération des pratiques littéraires contemporaines permettrait de faire retour sur des pratiques littéraires plus anciennes et réciproquement sur des pratiques « non littéraires ». 

On pourra se demander dans quelle mesure ces autres manières de publier les textes ressortissent, aujourd’hui et hier, à ce qu’on pourrait appeler le « faire littérature » (Abrecht et alii, 2019). Mais notre attention se portera en priorité sur les manières dont les diverses publications de l’œuvre fonctionnent auprès du public (y compris auprès du lectorat classique). Les reconfigurations de l’œuvre en tant qu’elle n’est plus nécessairement produite en amont et reçue en aval de la publication pourraient ainsi faire l’objet d’un commentaire, de la même manière que les figures d’auteur, d’éditeur et de public qui, selon les modalités, ne sont pas nécessairement distinctes. Quels dispositifs une telle publication agence-t-elle ? Comment les productions littéraires étudiées anticipent-elles des prolongements possibles et leurs réceptions effectives ? 

Cette investigation pourra donc se déployer sur trois plans indépendants, mais qu’il serait bienvenu de conjoindre. Il s’agira d’abord d’envisager la publication en lien avec des pratiques expérimentales ou exploratoires, notamment, qui invitent parfois à reconsidérer la popularisation des productions littéraires et leurs fonctions sociales. Une ouverture sur les héritages contemporains et les précédents historiques des pratiques étudiées rencontrera ensuite l’ambition transhistorique du numéro. L’analyse de ces pratiques de publication « hors du livre » devrait enfin permettre de réévaluer les raisons matérielles (économiques, stratégiques) qui poussent parfois des auteurs et autrices (ou des entreprises et institutions) à renoncer au livre, mais à s’en réapproprier aussi les codes sur un autre support (comme le numérique), ou à s’engager dans la voie de l’autoédition. 

Ainsi les axes privilégiés seront les suivants : 

  • Formes expérimentales de la publication 
  • Perspective transhistorique sur des pratiques contemporaines et anciennes 
  • Réflexions autour du support de publication et des stratégies auxquelles il répond 
  • Réception des formes de publication non livresques 
  • Nouveaux rapports entre auteur, éditeur et lecteur 

D’autres directions ne sont toutefois pas exclues a priori : dans ce cas, merci de prendre contact avec les directeurs·rices du numéro. 

Une première version complètement rédigée des articles est attendue pour le 15 septembre 2021. Il ne faut pas hésiter à prendre contact avec les directeurs·rices du numéro au préalable pour s’assurer de la pertinence de la proposition ou pour discuter de son orientation. Les articles définitifs seront à rendre pour la mi-janvier 2022 et seront évalués en double aveugle, selon les modalités habituellement suivies par la revue. Merci de faire parvenir la première version des articles aux trois co-directeur·ice·s du numéro : francois.demont@unil.chromain.bionda@fabula.org ; mathilde.zbaeren@unil.ch 

Calendrier 

Date limite de soumission des articles (version 1) : 15 septembre 2021 

Date de retour des articles finalisés : 15 janvier 2022 

Orientations bibliographiques 

Abrecht Delphine, Bionda Romain, Demont François, Sermier Émilien et Zbaeren Mathilde, « Faire littérature », dans id. et aliiFaire littérature. Usages et pratiques du littéraire (xixexxie siècles), Lausanne, Archipel, 2019, p. 517. 

Aron Paul et Viala Alain, L’Enseignement littéraire, Paris, PUF, 2005. 

Barras Ambroise et Eigenmann Éric (dir.), Textes en performance, Genève, MetisPresses, 2006. 

Bionda Romain, « Théâtre ou littérature ? Sur le fonctionnement artistique et opéral des textes de théâtre », dans Atelier de théorie littéraire, en ligne sur Fabula, 2018 : http://www.fabula.org/atelier.php?Theatre_ou_litterature

Bricco Elisa (dir.), Le Bal des arts. Le sujet et l’image : écrire avec l’art, Macerata, Quodlibet, 2015. Disponible en ligne : https://books.openedition.org/quodlibet/443

Butor Michel, « La littérature, l’oreille et l’œil » (1968), Répertoire III, Paris, Minuit, 1968, p. 391-403. 

Calderone Amélie, Entre la scène et le livre. Formes dramatiques publiées dans la presse à l’époque romantique (1829-1851), thèse sous la direction d’Olivier Bara, U. Lumière Lyon II, 2015. 

Chartier Roger (dir.), Pratiques de lecture (1985), Paris, Payot & Rivages, 2003. 

Id. et Cavallo Guglielmo (dir.), Histoire de la lecture dans le monde occidental (1995), Paris, Seuil, 2001. 

Dewey John, L’Art comme expérience (1934), trad. Jean-Pierre Cometti (dir.) et alii, Paris, Gallimard, 2005. Titre original : Art as Experience

Dubois Jacques, L’Institution de la littérature, introduction à une sociologie, Bruxelles, Labor, 1978. 

Dupont Florence, L’Invention de la littérature. De l’ivresse grecque au texte latin, Paris, La Découverte, 1994. 

Ducas Sylvie, La Littérature, à quel(s) prix ? Histoire des prix littéraires, Paris, La Découverte, 2013. 

Ferry Ariane et Naugrette Florence (dir.), Le Texte de théâtre et ses PublicsRevue d’histoire du théâtre, n° 245-246, 2010. 

Gefen Alexandre, L’Idée de littérature. De l’art pour l’art aux écritures d’intervention, Paris, José Corti, 2021.  

Genette Gérard, L’Œuvre de l’artImmanence et transcendance (1994). La Relation esthétique (1997), 2nde éd., Paris, Seuil, 2010. 

Goodman Nelson, Langages de l’art. Une approche de la théorie des symboles (1968, 1976), trad. Jacques Morizot (1990), Paris, Arthème Fayard, 2011. Titre original : Languages of Art. An Approach to a Theory of Symbols. 

Id.L’Art en théorie et en action (1984), trad. JeanPierre Cometti et Roger Pouivet (1996), Paris, Gallimard, 2009. Il s’agit des deux premiers chapitres d’Of Mind and Other Matters

Goulet Alain (dir.), Le Littéraire, qu’est-ce que c’est ?, Caen, PUC, 2001. 

Hanna Christophe, Nos dispositifs poétiques, Paris, Questions théoriques, 2010. 

Hirshi Stéphane, Legoy Corinne, Linarès Serge, Saemmer Alexandra et Vaillant Alain (dir.), La Poésie délivrée, Paris, PU de Paris Nanterre, 2017. 

Houdart-Merot Violaine et Petitjean Anne-Marie (dir.), Écritures créatives et Processus de créationLes Cahiers d’Agora, n° 1, s.d. [2018] : https://www.u-cergy.fr/fr/laboratoires/agora/cahiers-d-agora/numero-1.html 

Jey Martine et Perret Laetitia (dir.), L’Idée de littérature dans l’enseignement, Paris, Classiques Garnier, 2019. 

Joinnault Brigitte, Antoine Vitez : la mise en scène des textes non dramatiques. Théâtre-document, théâtre-récit, théâtre-musique, Paris, Max Milo et l’Entretemps, 2018. 

Laisney Vincent, En lisant en écoutant, Bruxelles, Les Impressions nouvelles, 2017. 

Maingueneau Dominique, Contre Saint Proust ou la Fin de la littérature, Paris, Belin, 2006. 

McKenzie Donald Francis, La Bibliographie et la Sociologie des textes (1986), trad. Marc Amfreville, Paris, Cercle de la Librairie, 1991. Titre original : Bibliography and the Sociology of Texts. 

Meizoz Jérôme, Faire l’auteur en régime néo-libéral. Rudiments de marketing littéraire, Genève, Slatkine, 2020. 

Id., « Extensions du domaine de la littérature », dans AOC. Analyse, opinion, critique, en ligne, 2018 : https://aoc.media/critique/2018/03/16/extensions-domaine-de-litterature/

Id.La Littérature « en personne ». Scène médiatique et formes d’incarnation, Genève, Slatkine, 2016. 

Nachtergael Magali, « Le devenir-image de la littérature. Peut-on parler de “néo-littérature” ? », dans Pascal Mougin (dir.), La Tentation littéraire de l’art contemporain, Paris, Presses du réel, 2017. 

Naudier Delphine, « Orchestrer la visibilité des écrivaines et des écrivains en France. Le “capital réputationnel” des attachées de presse », dans Recherches féministes, vol. 24, n° 1, Sans livres mais pas sans lettres : renouveler l’histoire des pratiques d’écriture des femmes, dir. Chantal Savoie et Marie-José des Rivières, 2011, p. 175-191. Disponible en ligne : https://www.erudit.org/fr/revues/rf/2011-v24-n1-rf5003448/1006085ar/

Plana Muriel, Roman, théâtre, cinéma au xxe siècle. Adaptation, hybridation et dialogue des arts, Paris, Bréal, 2014. 

Reinelt Janelle, « La politique du discours : performativité et théâtralité » (2002), trad. Virginie Magnat et Marc Boucher, dans Théâtre/Public, n° 205, Entre deux. Du théâtral et du performatif, dir. Josette Féral, 2012, p. 12-21. 

Rosenthal Olivia et Ruffel Lionel (dir.), La littérature exposée 2Littérature, n° 192, 2018 ; également en ligne : https://www.cairn.info/revue-litterature-2018-4.htm

Id. (dir.), La Littérature exposée. Les écritures contemporaines hors du livreLittérature, n° 160, 2010 ; également en ligne : https://www.cairn.info/revue-litterature-2010-4-page-3.htm

Sermon Julie et Chapuis Yvane (dir.), Partition(s). Objets et concept des pratiques scéniques (20e et 21e siècles), Paris, Les Presses du réel, 2016. 

Souriau Étienne-Émile, Les Différents Modes d’existence (1943), éd. Isabelle Stengers et Bruno Latour (2009), Paris, PUF, 2018. 

Stone Peters Julie, Theatre of the Book: 1480-1880. Print, Text, and Performance in Europe, New York, Oxford UP, 2000.  

Tackels Bruno, Les Écritures de plateau. État des lieux, Paris, Les Solitaires intempestifs, 2015. 

Théval Gaëlle, « Non-littérature ? », dans Itinéraires. Littérature, textes, cultures, n° 2017-3, Littératures expérimentales. Écrire, performer, créer à l’ère numérique, dir. Magali Nachtergael, en ligne, 2018 : https://journals.openedition.org/itineraires/3900

Id.Poésies ready-made, xxexxie siècles, Paris, L’Harmattan, coll. « Arts & Médias », 2015. 

Todorov Tzvetan, La Notion de littérature. Et autres essais, Paris, Seuil, 1987. 

Viard Bruno, « Restaurer la transitivité de la littérature », dans Claude Pérez et Jean-Raymond Fanlo (dir.), Enseigner la littérature à l’université aujourd’hui, Fabula, Colloques en ligne, 2011 : https://www.fabula.org:443/colloques/document1496.php  

Vouilloux Bernard, « Du dispositif », dans Philippe Ortel (dir.), Discours, image, dispositif. Penser la représentation II, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 15-31. 

Id.Langages de l’art et Relations transesthétiques, Paris, L’éclat, 1997. 

Zenetti Marie-Jeanne, Factographies. L’enregistrement littéraire à l’époque contemporaine, Paris, Classiques Garnier, « Littérature, histoire, politique », 2014. 

Zumthor Paul, Performance, réception, lecture, Longueuil, Le Préambule, 1990. 

Appel à contribution pour le Colloque « Censurer les arts – Encadrer les corps »

Appel à contribution pour pour le Colloque « Censurer les arts – Encadrer les corps »

Date limite de dépôt : 4 juillet 2021

Nous avons le plaisir de vous informer de l’ouverture de l’appel à communications pour le colloque transdisciplinaire « Censurer les arts – Encadrer les corps », qui se tiendra les 27, 28 et 29 janvier 2022 à Paris.

Ce premier argumentaire propose de réfléchir à l’opération de censure dirigée envers le corps sur la longue durée. Il est question d’y interroger les récurrences et les particularismes qui se jouent dans le domaine des arts et des représentations en France depuis la fin du Moyen-Âge. Entre les processus de dissimulation et de surexposition, quels corps sont effacés ou déformés ? Quelle place, quels lieux peuvent-ils se réapproprier grâce à leur agentivité ?

L’appel court jusqu’au 4 juillet 2021 et est ouvert à tout·e chercheur·se, quel que soit son statut ou sa discipline. Vous pouvez retrouver toutes les informations nécessaires à l’adresse : https://ateliercga.hypotheses.org/578

Pour toute question, vous pouvez écrire à censure2021@gmail.com

Organisateur/trice(s) et institution d’affiliation :
Atelier Corps, genre, arts d’EFiGiES
Association Queerinal de l’Ecole de Chartes

Télécharger l’annonce de l’appel à contribution

Colloque International “Intime et Intimité au Siècle d’or II. Les lieux de l’intime et le rapport au corps en Europe aux XVIe et XVIIe siècles” (MSH Dijon, 14-15 octobre 2021)

Colloque International “Intime et Intimité au Siècle d’or II. Les lieux de l’intime et le rapport au corps en Europe aux XVIe et XVIIe siècles” (MSH Dijon, 14-15 octobre 2021)

Appel à communications

© Image : Anonyme, Dame à sa toilette (fin XVIe s.),
huile sur toile, 96 x 73 cm, Dijon, Musée des Beaux-Arts.

Date limite de dépôt : 4 juin 2021

Présentation

La crise sanitaire actuelle, avec ses épisodes de confinement répétés, ses mesures de distanciation sociale et ses gestes barrière qui entravent les corps, replace la sphère de l’intime au cœur des interrogations des sciences humaines. Nous proposons d’apporter un regard critique sur la question des espaces intimes et du rapport au corps grâce à un éclairage rétrospectif et pluridisciplinaire. Ce colloque international programmé les 14 et 15 octobre 2021 fait suite à un premier volet qui a eu lieu en mars 2019 à Paris 13[1]. Il est le fruit d’une collaboration entre l’équipe « Intime » du laboratoire TIL (UBFC), spécialisée dans l’étude des aspects protéiformes de l’exposition de l’intime à différentes époques, et des laboratoires pluridisciplinaires PLEIADE (USPN) et HLLI (ULCO). Si la première rencontre collective était centrée sur la légitimité de la notion d’intime dans la culture hispanique du Siècle d’or, le présent colloque étendra le champ de la réflexion aux différentes aires culturelles européennes à l’époque moderne en ciblant plus spécifiquement les topiques de l’intime (réelles ou représentées) et leur lien étroit avec le corps humain en quête d’intériorité et/ou de confidentialité.

Quels sont les espaces où le corps prend place de façon intime dans l’Europe des XVIe et XVIIe siècles ? Espaces de la toilette, du sommeil ou de la vie maritale et sexuelle en passant par la vie spirituelle, intellectuelle ou créative, mais aussi espaces du soin au sein et hors du cadre domestique, les sociétés européennes des XVIe et XVIIe siècles offrent de multiples cas de figure, à une époque où l’idée même de préservation de l’intimité, notamment corporelle, n’est pas toujours établie. Les réflexions porteront sur l’articulation entre espaces de la sphère privée et intime, et la façon dont le corps les habite, s’y révèle ou au contraire y demeure caché. Nous proposons de croiser différents champs disciplinaires, afin de confronter des études portant sur les réalités topologiques vérifiées (histoire des mentalités, histoire des sciences, patrimoine architectural) et des travaux analysant les représentations de ces lieux de l’intime (philologie, histoire de l’art, histoire des idées).

Un premier axe de réflexion analysera les espaces domestiques favorisant la vie intérieure (cabinet, bibliothèque, oratoire). On s’interrogera sur la façon dont l’espace concret de la maison est aménagé pour permettre à l’individu de disposer le corps et l’esprit à la concentration et à la méditation, dans la solitude ou dans le cadre de sociabilités restreintes à un cercle intime (secrétaire, conseiller, confesseur). L’espace domestique est également le lieu du soin du corps (lieux de la toilette) en concurrence parfois avec des espaces publics (bains). De même, l’organisation de la maison prévoit parfois de façon différenciée selon les statuts sociaux une intimité conjugale (chambre, lit).

Un deuxième volet s’intéressera aux lieux de la vie spirituelle et à la façon dont sont configurés les espaces des lieux réservés à la dévotion, à la fois sur un plan concret favorisant le recueillement, mais aussi sur un plan symbolique : la clôture, la cellule monacale, les ermitages et autres lieux de retraite, le confessionnal sont autant de lieux codifiés où le corps est contraint spatialement pour être en harmonie avec une démarche spirituelle, une quête d’intimité avec Dieu, tantôt individuelle, tantôt collective ou partagée. Il s’agira également des lieux domestiques de religiosité clandestine où le corps doit passer inaperçu (crypto-judaïsme, crypto-islamisme, illuminisme en Espagne, protestantisme en France ou catholicisme en Allemagne ou en Grande-Bretagne au temps des guerres de religion).

Un troisième pan d’analyses sera consacré à l’aménagement des lieux de soin et de réclusion. Dans le premier cas, les malades sont soignés à l’époque moderne à leur domicile (isolement ou au contraire accompagnement étroit du malade dans sa chambre personnelle)ou à l’hôpital (configuré avec des salles communes ou certains espaces de confidentialité). D’autre part l’enfermement que suppose l’espace carcéral (couvents, tours, oubliettes, prisons royales ou inquisitoriales) interroge avec d’autant plus d’acuité le rapport à l’intime et au corps.

Enfin un quatrième axe s’interrogera sur les lieux intérieurs et extérieurs propices aux rencontres et liaisons amoureuses : jardins privés, parages reculés, montagnes, grottes et autres lieux cachés. Correspondances privées et représentations littéraires ou artistiques pourront être explorées pour mettre au jour les espaces privilégiés de cet intime caché, particulièrement fécond dans la littérature romanesque, le théâtre et la poésie lyrique.

La perspective pluridisciplinaire à l’œuvre dans ce colloque permettra de confronter des travaux d’ordre architectural et historique portant sur des archives, des œuvres médicales et testimoniales, avec des analyses philologiques et sémiotiques appliquées à des œuvres littéraires (fictions, essais, mémoires…), ainsi que des approches consacrées à des représentations iconographiques.

Les résultats attendus de ces analyses complémentaires permettront de dégager des pratiques similaires ou différenciées en matière de préservation ou d’exposition du corps dans des activités privées, confidentielles ou clandestines, en fonction des aires géographiques et culturelles étudiées, des ancrages topographiques (ville vs campagne), des statuts sociaux (nobles vs roturiers ; riches vs pauvres) et du degré de sacralisation de certains lieux (espaces de dévotion ; espace sacralisé du palais royal). Il s’agira également de mesurer l’écart entre les réalités constatées historiquement et les représentations, souvent symboliques, qui en sont faites à travers différentes expressions artistiques.

Ce colloque international donnera lieu à une publication scientifique conçue comme un ouvrage collectif interdisciplinaire.

Comité d’organisation 

Estelle Garbay-Velázquez (TIL, UBFC), Cécile Iglesias (TIL, UBFC), Florence Madelpuech-Toucheron (HLLI, ULCO) et Sarah Pech-Pelletier (PLEIADE, Université Sorbonne Paris Nord).

Lieu 

MSH de l’Université de Bourgogne (Dijon) si présentiel possible ; en distanciel ou hybride sur Teams et Youtube si la situation sanitaire l’exige.

Calendrier

Les propositions de communication (titre, résumé d’environ 300 mots et bref CV) devront parvenir à  estelle.garbay-velazquez@u-bourgogne.fr  / cecile.iglesias@u-bourgogne.fr  / florence.toucheron@univ-littoral.fr / sarah.pelletier@univ-paris13.fr.

Date limite : le 4 juin 2021. Les réponses seront communiquées au plus tard fin juin 2021.

Langues de rédaction

Les langues de rédaction acceptées sont : le français, l’anglais, l’espagnol de préférence (l’italien, l’allemand et le portugais sont possibles, avec résumé dans l’une des langues principales).

Documents

Télécharger l’appel en espagnol.

Télécharger l’appel en français.

Télécharger l’affiche.


[1] Intime et intimité en Espagne au Siècle d’Or (espaces, émotions, représentations). Colloque international, 28-29 mars 2019, Université Paris 13. Dossier publié sous la direction de Florence Madelpuech-Toucheron et Sarah Pech-Pelletier dans la revue e-Spania, 37 (octobre 2020). https://journals.openedition.org/e-spania/35987

Agenda

septembre 2022
octobre 2022
Pas d'événement actuellement programmé.

Appel à contribution pour l’ouvrage collectif « Les esthétiques du désordre. Pour une autre généalogie de l’utopie »

Appel à contribution pour l’ouvrage collectif « Les esthétiques du désordre. Pour une autre généalogie de l’utopie »

Date limite de dépôt : 4 juillet 2021

Nous avons le plaisir de vous informer de l’ouverture de l’appel à contribution pour l’ouvrage collectif et transdisciplinaire « Les esthétique du désordre. Pour une autre généalogie de l’utopie », dont la publication est prévue en 2022 aux Éditions du Cavalier bleu.

L’ouvrage vise à proposer une relecture du genre de l’utopie sous l’angle du désordre, de l’anarchie, de la déconstruction et de la destruction. Il est question de rompre avec la tradition méditative du genre et de retrouver, notamment à travers les productions artistiques, une esthétique de l’instabilité dans l’utopie.

L’appel court jusqu’au 4 juillet 2021 et est ouvert à tou·te chercheur·se, quel que soit son statut ou sa discipline. Vous pouvez retrouver l’appel et toutes les informations nécessaires à : https://esthetiquesdudesordre.wordpress.com/ Pour toute question, vous pouvez écrire à itineraires2022@gmail.com

Organisateur/trice(s) et institution d’affiliation :
Judith Cohen, doctorante à l’Université Sorbonne Paris Nord
Samy Lagrange, doctorant à l’Université Sorbonne Paris Nord
Aurore Turbiau, doctorante à Sorbonne Université

Télécharger l’annonce de l’appel à contribution