Publications

La Commune de 1871 expliquée en images, Laure Godineau (Aut.), Seuil, 2021.

La Commune de 1871 expliquée en images, Laure Godineau (Aut.), Seuil, 2021.

Présentation

Racontée par une historienne spécialiste de la période qui répond aux questions de son fils, La Commune expliquée en images est tout à la fois une synthèse et une approche approfondie d’un moment de notre histoire aux échos mondiaux mais paradoxalement largement méconnu.
Depuis le déclenchement de l’insurrection jusqu’à la répression sanglante et aux mémoires de 1871, Laure Godineau nous narre comment le drapeau rouge flotta sur la capitale pendant deux mois et demi et de façon plus éphémère dans certaines villes de France, le destin d’hommes et de femmes qui rêvaient d’une « vraie » République, démocratique et sociale, et d’un monde plus juste. Elle nous montre la fascinante mais difficile expérience politique d’un gouvernement indépendant, l’horreur de la guerre civile.
L’auteure nous entraîne dans les rues parisiennes à la découverte du printemps 1871, souvent obscur et pourtant si proche de nos interrogations contemporaines. Un événement dense et complexe, passionnant, qui ne peut laisser indifférent.
L’iconographie très riche de cet ouvrage est largement commentée par l’auteur.

Lien vers l’éditeur

Princely Funerals in Europe 1400-1700. Commemoration, Diplomacy, and Political Propaganda, Monique Chatenet, Murielle Gaude-Ferragu, et Gérard Sabatier(Dir.), Brepols, 2021

Princely Funerals in Europe 1400-1700. Commemoration, Diplomacy, and Political Propaganda, Monique Chatenet, Murielle Gaude-Ferragu, et Gérard Sabatier(Dir.), Brepols, 2021

Présentation

Funerals were among the most extravagant princely ceremonies in Europe. Historians, anthropologists, and political scientists have long been interested in this subject, as can be seen from Ralph Giesey’s celebrated work Le Roi est mort. Art historians have been attracted to the surviving decorations of tombs and funerary chapels. Yet historians of spectacle and of its ephemera have, hitherto, somewhat neglected a topic which is — nonetheless — at the heart of their concerns: with their elaborate settings, their costumes and decors, princely funerals challenge theatre and opera.

It is within this context that experts from many disciplines attempt to trace the evolution of funeral ceremonies, which were much less static than is generally believed; to expose the gifts of the masters of these solemn occasions (and, indeed, of their predecessors, the heralds) who constantly devised subtle ways of capturing the attention of spectators and moving their emotions. These essays have tried to cover not only a wide time spectrum but also to reveal the variety and range of such ceremonies devised in diverse European Courts as well as unravelling the innovations which underlay fashions which had multiple international repercussions.

Lien vers l’éditeur

#Label

Ecrire et peindre le paysage en France et en Angleterre. 1750-1850, Emilie Beck Saiello, Laurent Châtel et Elisabeth Martichou (Dir.), PUR, 2021.

Ecrire et peindre le paysage en France et en Angleterre. 1750-1850, Emilie Beck Saiello, Laurent Châtel et Elisabeth Martichou (Dir.), PUR, 2021.

Présentation

Une double enquête menée à la fois sur la France et sur l’Angleterre qui apporte un éclairage comparé et contrasté sur la question du paysage envisagée trop souvent sous le seul angle « national ». On y entend les voix des peintres paysagistes, des collectionneurs et des amateurs, avec les mots qu’ils choisirent pour « dire » leurs paysages. Si Augustin Berque inclue le critère linguistique pour déterminer le degré de maturité d’une civilisation paysagère, c’est parce que les discours – les échanges, correspondances et prises de contact entre artistes – articulent une théorie du paysage autant que la pratique. L’examen de la terminologie et de l’écriture permet d’évaluer la pertinence de catégories comme celles de « paysage historique » ou de « pittoresque ». A ceci s’ajoute une perspective croisée de divers « paysageurs », praticiens, auteurs et créateurs de tableaux, de jardins, de poèmes, de guides ou de théorie picturale.

Lien vers l’éditeur

Flyer

La Réforme commence à Prague. Histoire des hussites (XVe-XXe siècles), Olivier Marin (Aut.), Passés Composés, 2021.

La Réforme commence à Prague. Histoire des hussites (XVe-XXe siècles), Olivier Marin (Aut.), Passés Composés, 2021.

Présentation

Le terme de Réforme est, d’ordinaire, réservé aux protestants du XVIe siècle. Le phénomène semble en effet présupposer deux conditions sans lesquelles la rupture avec l’ancienne Église n’aurait pas été possible : l’humanisme et l’imprimerie. Or, le hussitisme – du nom de son « fondateur » Jean Hus et dont la capitale est Prague – est né trop tôt pour remplir ces critères. Le mouvement tchèque n’a pourtant rien d’une hérésie médiévale : il a réussi, en Bohême et en Moravie, à conquérir la majorité des âmes et à se faire reconnaître une légalité publique. Le hussitisme appartient en réalité au nouveau modèle cultuel et social de la Réforme, et il oblige à en repenser la genèse. La synthèse proposée ici embrasse toute la destinée du hussitisme, depuis ses balbutiements dans les années 1400 jusqu’à sa disparition brutale, puis à sa réinvention contemporaine. Des « martyrs » condamnés au bûcher à la résistance menée par un génie (pourtant aveugle) de la guerre médiévale, Jean Žižka, en passant par la politique des princes de la Renaissance ou la puissance des querelles théologiques, Olivier Marin brosse un tableau passionnant de ce pan méconnu de l’histoire de l’Europe.

Lien vers l’éditeur

L’œuvre écrit I. Contes, de Leonora Carrington. Préface de Marc Kober et Postace de Laurence Loutre-Barbier, Editions Fage, 2020

L’œuvre écrit I. Contes, de Leonora Carrington. Préface de Marc Kober et Postface de Laurence Loutre-Barbier, Editions Fage, 2020

Présentation

Écrits entre les années trente et les années soixante-dix, les contes de Leonora Carrington sont pour la première fois réunis et certains sont encore inédits. Ces contes nous offrent une vision fascinante des mutations possibles de l’être et du monde dans un univers magique. Ils ont été écrits en trois langues, anglais, français et espagnol. Leonora Carrington (1917- 2011), aristocrate anglaise d’origine irlandaise par sa mère, est peintre, auteure, férue d’alchimie. Son destin a partagé celui du groupe surréaliste français, de Max Ernst, puis de l’avant-garde au Mexique. Ce volume sera suivi d’un autre sur les récits longs et psychanalytiques, puis d’un dernier sur son théâtre. Ces œuvres reflètent la vie et l’esprit d’une artiste hors-normes. Ces trois volumes forment son œuvre écrit complet.

Plus d’informations

Revue de Presse

“Leonora Carrington, conteuse fantastique”, The Art Newspaper (édition française), n° 24, novembre 2020, p. 29. Disponible sur : https://fr.calameo.com/read/0065461289a5d7ce4735f

Jean-Luc Steinmetz, Présentation de Marc Kober, Editions des Vanneaux, Coll. « présence de la poésie », 2021

Jean-Luc Steinmetz, Présentation de Marc Kober, Editions des Vanneaux, Coll. « présence de la poésie », 2021

Présentation

Jean-Luc Steinmetz est un poète à l’œuvre poétique volumineuse, couronné par le Grand prix de poésie de la SGDL et par le prix Paul Verlaine en 2008 pour Le jeu tigré des apparences. Il est fondateur, avec Christian Prigent, de la revue TXT, immédiatement après les événements de mai 1968. C’est un poète conscient de la nécessité de repenser le rapport au langage et à la poésie à la lumière des mutations historiques.

Une présentation de 160 pages, anthologie, choix d’articles critiques, éléments biographiques et bibliographie.

Coordinateurs : Marc Kober et Jean-Luc Steinmetz

Contributeurs : Marc Kober, Jean-Luc Steinmetz

Plus d’informations

Discours animal. Langages, interactions, représentations. Itinéraires. LTC, n° 2020-2

Discours animal. Langages, interactions, représentations

Itinéraires. Littérature, textes, cultures, n° 2020-2

Sous la direction de Laura Goudet, Marie-Anne Paveau et Catherine Ruchon

Décembre 2020, en ligne et en accès ouvert : https://journals.openedition.org/itineraires/6587

Présentation du dossier

Les frontières spécistes évoluent à l’aune des courants animalistes et débats sur le droit animal, et l’humain reprend sa place d’animal parmi les autres. De même, les formes de langage animal sont dessinées et affinées par le filtre de disciplines comme la zoologie, l’anthropologie, ou même l’éthologie ou la zoosémiotique, de sorte que l’opposition humain-animal s’estompe. Dans ce numéro se sont rassemblé·e·s des chercheur·e·s qui donnent la parole aux animaux en tentant de comprendre leur point de vue. Linguistes, sémioticien·ne·s, philosophes ou encore spécialistes de littérature, ce sont autant de voix qui portent une linguistique au-delà de l’humain.

Sommaire

Laura Goudet, Marie-Anne Paveau et Catherine Ruchon
Écouter les animaux parler. Présentation du numéro

Paroles animales en littérature

Aude Volpilhac
« Le rossignol trouvera bon de parler lui-même de soi-même ». Discours animal et subversion libertine dans les États et Empires de la Lune du Soleil de Cyrano de Bergerac

Élisabeth Plas
« (Ainsi parlent les araignées) » : Les prosopopées sans anthropocentrisme de l’histoire naturelle romantique

Sophie Milcent-Lawson
Imaginaires zoolinguistiques : des langues animales dans la fiction littéraire

Maria do Rosário Girão Ribeiro Dos Santos
Chiens sentients : du langage émotif au discours critique

D’une faculté de langage des animaux

Mouhamadou El Hady Ba
Sapiens Animalis. La pensée spécifie-t-elle l’humain ?

Marie-Anne Paveau et Catherine Ruchon
La linguistique et le langage animal. Résistances, décentrements, propositions

Chloé Mondémé
Une linguistique au-delà de l’humain ?

Anthropomorphismes et zoo-anthroponymies

Irina Kor Chahine
De l’animalisation à la neutralisation : fonctionnement des verbes de bruit associés aux animaux

Elsa Eskenazi et Marie-Anne Paveau
Les affichettes d’animaux perdus. Discursivité, agentivité, anthroponymie

Lian Chen
Les stéréotypes dans la zoo-anthroponymie française et chinoise

Prochain numéro

2020-3 : Le rap : une poésie de performance

Histoires de famille et littérature de jeunesse/Family Stories and Children’s Literature, Rose-May Pham Dinh et Virginie Douglas (dir./eds), Peter Lang, 2020.

Histoires de famille et littérature de jeunesse/Family Stories and Children’s Literature, Rose-May Pham Dinh et Virginie Douglas (dir./eds), Peter Lang, 2020.

Présentation

Ce livre réexamine la représentation de la famille dans des romans, albums ou pièces de théâtre pour la jeunesse relevant de différentes aires géographiques, culturelles et linguistiques. Bienveillants ou aliénants, les liens tissés entre générations ou au sein de la fratrie conditionnent la construction des jeunes protagonistes. La littérature de jeunesse reflète la diversité de la famille et sa capacité à évoluer, voire à se réinventer (familles monoparentales ou homoparentales, recomposées, adoptives…). En proposant des modèles parfois éloignés des réalités connues des lecteurs, elle les invite à réévaluer leur propre expérience mais témoigne aussi d’une certaine constance des attentes et des interrogations que l’institution suscite.

Contributeur/trice(s) : R-M Pham Dinh (introduction et postface), K. Attikpoé, E. Cartellier, D. Di Cecco, D. Flothow, G. Ganapathy-Doré, M. García-Gonzalez, X. Mínguez-López, A. Moisy, K. Roy, A.Schneider, N. Thiery, J. Van Coillie.

Lien vers l’éditeur

Pour une histoire sociale et politique de l’économie, Danièle Fraboulet et Philippe Verheyde (dir.), Editions de la Sorbonne, 2020.

Pour une histoire sociale et politique de l’économie, Danièle Fraboulet et Philippe Verheyde (dir.), Editions de la Sorbonne, 2020.

De Danièle Fraboulet et Philippe Verheyde (dir.)

Présentation

Cet ouvrage, en rendant hommage aux travaux de Michel Margairaz, résulte d’un travail collectif d’historiens français et étrangers qui pensent et interrogent l’économie au prisme de l’histoire sociale et politique. Sont ainsi soulignées la variété, le dynamisme et la richesse des approches et des objets de cette discipline ainsi que l’évolution de ces pratiques. Le livre témoigne aussi de l’importance des relations construites entre les chercheurs tout au long d’une vie universitaire.Trois thèmes principaux structurent ce volume. Le premier s’articule autour des relations entre les finances, les banques et l’État ; le second porte sur les politiques économiques de la Première Guerre mondiale à la fin du XXe siècle en France, en Italie et en Suède. Le troisième aborde les relations entre les organisations patronales et ouvrières et l’État.

Chacun des trente-deux auteurs ont de ce fait analysé les politiques publiques en articulant l’économie, les institutions et le politique.

Faire de l’histoire économique aujourd’hui suppose aussi de prendre en compte les évolutions que la discipline a connues depuis un demi-siècle. Michel Margairaz, dans ce qui n’est pas une postface nous dit-il, retrace cette histoire en insistant sur le fait qu’elle se situe au carrefour des sciences sociales en perpétuel renouvellement, en nouant de nouvelles alliances.

Lien vers l’éditeur

#Label
Pléiade