Axe 4 : Représentations, hybridité, formes

Responsables : Christèle Couleau et Valérie Stiénon

L’axe 4 se fonde sur une double nécessité : d’une part, explorer les formes et les représentations dans leur expansion la plus large (diversité des aires culturelles, multiplicité des supports, variété des champs disciplinaires, phénomènes émergents) ; d’autre part, donner sens à cette constellation en posant des définitions, en circonscrivant des zones de cristallisation, d’hybridation ou d’échange. À cette fin, il centre ses travaux sur les cinq thèmes suivants.

Le dialogue entre les arts, la culture visuelle, l’intersémioticité. La culture visuelle est considérée à la fois comme l’expression d’arts spécifiques (études cinématographiques, théâtrales, dispositifs iconographiques, photographie, bande dessinée) et comme un ensemble de codes sémiotiques propres aux aires culturelles (cultures européennes, américaines, asiatiques, arabes, etc.) et aux différents domaines du savoir (histoire, science, littérature).

Les formes du langage. Les structures linguistiques sont étudiées dans leurs formes écrites et orales, sans négliger la description du sens, menée en tenant compte des contextes discursifs et interactionnels. À des études en synchronie, s’ajoute l’examen des évolutions historiques, à travers les phénomènes d’emprunt, de grammaticalisation et d’innovation. Sont également étudiées les dynamiques de créativité formelle (langue de l’Internet, fiction, chanson, réactualisation de la forme « poésie » par le sonnet, le slam etc.).

La littérature, l’intermédialité, le numérique. La littérature est abordée dans sa diversité (francophonie) et sa complexité, en incluant ses dimensions les plus contemporaines (écritures numériques) ainsi que les différentes formes de dialogue qui la lient aux autres pratiques de création (transmédialité, reprise, adaptation), la rattachent à des dispositifs qui la déterminent significativement et l’inscrivent dans unedimension médiatique. La plurimédialité concerne ainsi les déclinaisons et les extensions de l’œuvre sur différents supports (livres numériques enrichis, jeux vidéo, univers fictionnels transmédia, etc.).

Les radicalités et les phénomènes d’émergence. De nouveaux espaces d’expression et de création émergent (innovations linguistiques, performances artistiques, coopératives d’artistes), qui appellent des regards spécifiques, tenant compte également des rapports entre les engagements politiques et la littérature (poésie militante, expression théâtrale du politique, contestations de la culture mainstream – underground, mouvement punk –, réappropriations culturelles). Une attention particulière est portée aux créations et aux représentations issues des périphéries (banlieues, marges du monde et des métropoles).

Les genres et les théories. Ce volet concerne les genres dans leur dimension typologique et épistémologique (genres discursifs, littéraires, textuels), en rapport avec l’invention de méthodes d’analyse des objets littéraires : héritage des théories, nouveauté conceptuelle, œuvres littéraires générant leur propre théorie, double fonction du critique-écrivain, négociations du légitime et du populaire.

Pléiade