histoire

Colloque « Féminicides en France au XIXe siècle : socio-histoire, enjeux et représentations »

Nous sommes très heureux·ses de vous annoncer la tenue de ce colloque transdisciplinaire les 14 et 15 mai 2021, par visioconférence. Le programme de ces journées, que nous avons voulu riches et diversifiées, permettra d’envisager les différents traitements judiciaires, socio-politiques et artistiques des féminicides au XIXe siècle, de questionner la teneur et le rôle des imaginaires d’alors, tout en ouvrant sur des perspectives beaucoup plus contemporaines.

Organisateur/trice(s) et institution d’affiliation :

  • Margot Giacinti, doctorante en science politique à l’ENS de Lyon (Laboratoire Triangle – UMR 5206)
  • Samy Lagrange, doctorant en histoire à l’Université Sorbonne Paris Nord (Laboratoire Pléiade – EA 7338)
  • Mathilde Leïchlé, doctorante en histoire et en histoire de l’art à l’Université de Paris (Laboratoire CERILAC – URP 441)
  • Lucie Nizard, doctorante en littérature française à l’Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle (CRP19 – Centre de Recherche sur les Poétiques du XIXème – EA 3423)
  • Rémi Rouméas, doctorant en sociologie à l’ENS de Lyon (Centre Max Weber – UMR 5283)

L’entrée est libre mais l’inscription obligatoire : https://framaforms.org/inscription-au-colloque-feminicides-au-xixeme-siecle-14-15-mai-2021-en-visioconference-1619024811

Toutes les informations et le programme complet

Histoires de famille et littérature de jeunesse/Family Stories and Children’s Literature, Rose-May Pham Dinh et Virginie Douglas (dir./eds), Peter Lang, 2020.

Histoires de famille et littérature de jeunesse/Family Stories and Children’s Literature, Rose-May Pham Dinh et Virginie Douglas (dir./eds), Peter Lang, 2020.

Présentation

Ce livre réexamine la représentation de la famille dans des romans, albums ou pièces de théâtre pour la jeunesse relevant de différentes aires géographiques, culturelles et linguistiques. Bienveillants ou aliénants, les liens tissés entre générations ou au sein de la fratrie conditionnent la construction des jeunes protagonistes. La littérature de jeunesse reflète la diversité de la famille et sa capacité à évoluer, voire à se réinventer (familles monoparentales ou homoparentales, recomposées, adoptives…). En proposant des modèles parfois éloignés des réalités connues des lecteurs, elle les invite à réévaluer leur propre expérience mais témoigne aussi d’une certaine constance des attentes et des interrogations que l’institution suscite.

Contributeur/trice(s) : R-M Pham Dinh (introduction et postface), K. Attikpoé, E. Cartellier, D. Di Cecco, D. Flothow, G. Ganapathy-Doré, M. García-Gonzalez, X. Mínguez-López, A. Moisy, K. Roy, A.Schneider, N. Thiery, J. Van Coillie.

Lien vers l’éditeur

Pour une histoire sociale et politique de l’économie, Danièle Fraboulet et Philippe Verheyde (dir.), Editions de la Sorbonne, 2020.

Pour une histoire sociale et politique de l’économie, Danièle Fraboulet et Philippe Verheyde (dir.), Editions de la Sorbonne, 2020.

De Danièle Fraboulet et Philippe Verheyde (dir.)

Présentation

Cet ouvrage, en rendant hommage aux travaux de Michel Margairaz, résulte d’un travail collectif d’historiens français et étrangers qui pensent et interrogent l’économie au prisme de l’histoire sociale et politique. Sont ainsi soulignées la variété, le dynamisme et la richesse des approches et des objets de cette discipline ainsi que l’évolution de ces pratiques. Le livre témoigne aussi de l’importance des relations construites entre les chercheurs tout au long d’une vie universitaire.Trois thèmes principaux structurent ce volume. Le premier s’articule autour des relations entre les finances, les banques et l’État ; le second porte sur les politiques économiques de la Première Guerre mondiale à la fin du XXe siècle en France, en Italie et en Suède. Le troisième aborde les relations entre les organisations patronales et ouvrières et l’État.

Chacun des trente-deux auteurs ont de ce fait analysé les politiques publiques en articulant l’économie, les institutions et le politique.

Faire de l’histoire économique aujourd’hui suppose aussi de prendre en compte les évolutions que la discipline a connues depuis un demi-siècle. Michel Margairaz, dans ce qui n’est pas une postface nous dit-il, retrace cette histoire en insistant sur le fait qu’elle se situe au carrefour des sciences sociales en perpétuel renouvellement, en nouant de nouvelles alliances.

Lien vers l’éditeur

#Label

Écrire l’histoire depuis les marges: une anthologie d’historiens africains-américains, 1855-1965, Terra HN Éditions. 2018

Terra HN Éditions

Dirigé par Hélène Le Dantec-Lowry, Claire Parfait, Matthieu Renault, Marie-Jeanne Rossignol et Pauline Vermeren

Onze traductions inédites et leur notice critique

Après une longue période d’oubli, les historiens africains-américains du XIXe siècle et des premières décennies du XXe siècle ont récemment été redécouverts. Leurs travaux sont à nouveau disponibles aux États-Unis et ont donné lieu à quelques monographies et ouvrages collectifs. En revanche, ils demeurent peu connus en France. Cette publication collective en ligne en libre accès est destinée à les faire connaître en proposant une sélection de chapitres et articles traduits en français pour la première fois. Chaque traduction s’accompagne d’une notice détaillée rédigée par un.e spécialiste, qui donne des indications biographiques sur leur auteur.e et permet de situer l’article ou le chapitre à la fois dans le contexte général de la période à laquelle il a été produit et dans l’historiographie africaine-américaine.

Cette anthologie de textes d’historiens et intellectuels africains-américains (dont deux femmes), constitue le troisième et dernier volet du projet Sorbonne Paris Cité « Écrire l’histoire depuis les marges ». Ce projet, porté par les universités Paris 13, Paris Diderot et Sorbonne Nouvelle, a rassemblé des spécialistes de l’Amérique du Nord, plus précisément en histoire, histoire du livre et philosophie, autour de la question de l’écriture de l’histoire depuis les marges, envisagée à partir du cas des historiens africains-américains des XIXe-XXe siècles.

L’anthologie soulève des questions pertinentes aujourd’hui encore, qu’il s’agisse de la question de la légitimité du militantisme dans les travaux d’un historien ou d’une historienne ou de l’exclusion de certaines catégories de la population du récit national.

Publication soutenue par l’IDEX (financeur des traductions©) ; LARCA UMR 8225 (Laboratoire de recherches sur les cultures anglophones), Université Paris-Diderot ; Pléiade (EA 7338), Université Paris 13 ; CREW EA 4399 (Center for Research on the English-Speaking World), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 ; L’Action structurante « Fabrique du politique », Université Paris-Diderot.

Cet ouvrage est le fruit du travail des membres du programme de recherche EHDLM SPC, « Écrire l’histoire depuis les marges ».

Flyer

Como era fabuloso o meu francês! Imagens e imaginários da França no Brasil (séculos XIX-XXI) – Rio de Janeiro, Fundação Casa de Rui Barbosa. 2017

Dirigé par Olivier Compagnon, Anaïs Fléchet et Silvia Capanema P. de Almeida

Symbole de modernité politique et culturelle, mais aussi objet de fantasmes, rejets et caricatures, la France occupe une place centrale dans l’imaginaire brésilien depuis le XIXe siècle. De l’onde de choc provoquée par la révolution de 1789 à la fascination exercée par Brigitte Bardot sur toute une génération de cinéphiles, ce livre explore les multiples images de la France au Brésil, sans oublier les stéréotypes des « français qui ne se lavent pas » ou des « cocottes » de Montmartre qui hantent la Belle Époque carioca. Réunissant historiens, historiens de l’art et anthropologues, il analyse la diversité des acteurs sociaux et des dynamiques politiques et culturelles à l’œuvre dans la construction de ce regard étranger, qui traverse les domaines savant et populaire, évolue dans le temps et éclaire, en miroir, l’histoire de la brasilidade.

Símbolo de modernidade política e cultural, mas também objeto de fantasias, caricaturas e até mesmo de rejeição, a França ocupa um lugar central no imaginário brasileiro especialmente a partir da virada do século XVIII para o XIX. Do impacto da revolução de 1789 ao fascínio suscitado por Brigitte Bardot em toda uma geração de cinéfilos, este livro explora as múltiplas imagens da França no Brasil, sem esquecer os estéreotipos dos “franceses que não tomam banho” ou das “cocotes” de Montmartre que fascinavam a Belle Époque carioca. Historiadores, historiadores da arte e antropólogos analisam a diversidade dos atores sociais e das dinâmicas políticas e culturais forjadas na construção desse olhar estrangeiro sobre a França, que atravessa as dimensões erudita e popular, evolui no tempo e coloca em evidência, como num reflexo de espelho, aspectos da própria história da brasilidade.

En savoir +

> Résumé et table des matières
> Plus d’informations sur le site de l’éditeur

La sociabilité en France et en Grande-Bretagne au Siècle des Lumières : Tome VI – L’insociable sociabilité : résistances et résilience – Paris, Le Manuscrit. 2017

Dirigé par Kimberley Page-Jones & Katie Aske

La collection Transversales, dirigée par Annick Cossic aux Editions Le Manuscrit, rassemble les réflexions menées depuis 2009 sur la sociabilité en France et en Grande-Bretagne au Siècle des Lumières.

Les articles de cet ouvrage invitent à repenser la sociabilité et l’acte de socialisation par le truchement des notions de conflit et d’antagonisme. Selon Georg Simmel, c’est bien le conflit en tant qu’ « action réciproque entre les hommes » qui va permettre la création d’une « voie qui mènera à une sorte d’unité même si elle passe par la destruction de l’une des parties ».

Table des matières

Introduction

Par Kimberley Page-Jones

Première partie

Antagonisme et résistances à la sociabilité

1. Aux origines de l’insociable société
Par Géraldine Lepan
2. Syphilis et sociabilité : le corps impoli de James Boswell
Par Leigh Wetherall-Dickson
3. Domesticité, soins à la personne et promiscuité aux Temps modernes
Par Alain Caubet
4. Merry-making in Eighteenth-Century Colonial Trinidad: Re-socializing
Planters
Par Noémie Le Vourch
5. Sociable Solitaries and Gregarious Isolation in Fact, Fiction, and
Fancy
Par Kevin L. Cope

Deuxième partie
Création et reconfiguration des espaces de sociabilité

6. Celebrity, Politics and Sociability in Post-Revolutionary England
Par Brian Cowan
7. Emily philosophe: Libertine and Gothic Novels as a Reappraisal of an
Antiquated Patriarchal System
Par Elizabeth Durot-Boucé
8. Turf Wars: Unsocial Sociability in Eighteenth-Century Gardens
Par Bärbel Czennia
9. “Where is the coffee-house to match?”: Romantic Sociability and its
Textual Forms
Par Kimberley Page-Jones

Conclusion

Par Katherine Aske

Civil War and Narrative: Testimony, Historiography, Memory – Basingstoke, Palgrave Macmillan. 2017

Coordonné par Karine Deslandes, Fabrice Mourlon et Bruno Tribout

This book explores the representation of intra-state conflicts. It offers a distinctive approach by looking at narrative forms and strategies associated with civil war testimony, historiography and memory. The volume seeks to reflect current research in civil war in a number of disciplines and covers a range of geographical areas, from the advent of modern forms of testimonies, history writing and public remembering in the early modern period, to the present day. In focusing on narrative, broadly defined, the contributors not only explore civil war testimonies, historiography and memory as separate fields of inquiry, but also highlight the interplay between these areas, which are shown to share porous boundaries. Chapters look at the ways in which various narrative forms feed off each other, be they oral, written or visual narratives, personal or collective accounts, or testimonies from victims or perpetrators.

Pour plus d’informations, cliquez ici.

Pléiade