pluridisciplinarité

Séminaire « Recherches sur le masculin »

Objet encore peu étudié dans les sciences humaines et même dans les études de genre, le masculin attire de plus en plus l’attention des chercheuses et des chercheurs. Depuis les travaux pionniers des Men’s Studies dans les années 1970, il dessine un champ de recherches dynamique dans le monde entier.

Ce séminaire est consacré à l’actualité de la recherche et aux débats publics sur le masculin. Nous nous intéresserons à sa construction et à ses mutations jusqu’à nos jours, en prenant en compte tous les phénomènes qui l’affectent, notamment les conquêtes féministes, la désindustrialisation et la transformation des cultures viriles. Nous évoquerons les frontières toujours mouvantes du masculin, en lien avec les normes relatives aux corps et aux sexualités, ainsi qu’à la féminité. Il s’agira aussi d’analyser la manière dont l’ordre du genre oppose des masculinités de domination à des masculinités dissidentes. 

Ouvert à toutes et à tous, résolument pluridisciplinaire (histoire, civilisation, sociologie, anthropologie, littérature, etc.), le séminaire se tiendra sur le Campus Condorcet à partir du 15 octobre 2021. Il sera clôturé par une journée d’études en juin 2022.

Télécharger le programme

Journées d’étude de la SHF : “HispanismeS : de la marge au croisement des disciplines ?”

HispanismeS : de la marge au croisement des disciplines ?

Image : Graciela Hasper, Sin título, 1996, acrílico sobre tela, 120 x 181 cm.
Avec tous nos remerciements

Organisation

  • Université Sorbonne Paris Nord, UR Pléiade
  • Société des Hispanistes Français (SHF)

Comité d’organisation

  • Silvia Capanema, USPN
  • Brice Castanon-Akrami, USPN
  • Javier Domínguez Arribas, USPN
  • Cécile Fourrel de Frettes, USPN
  • Hélène Frison, USPN
  • Ivanne Galant, USPN
  • Sarah Pech-Pelletier, USPN
  • Françoise Prioul, USPN
  • Cécile Vincent-Cassy, USPN

Accès / Connexion

Les journées se tiendront en distanciel, depuis le Campus Condorcet où se réuniront les organisateurs et les participants qui le souhaitent dans la limite de 17 personnes. Le plan interactif du campus est disponible ici : https://www.campus-condorcet.fr/cartographie

Les liens de connexion ZOOM ainsi que les codes pour accéder aux différentes sessions sont indiqués dans le programme ci-dessous.

Contact

hispanistesparis13@gmail.com

Programme

Télécharger le programme ici.

Jeudi 3 juin

Lien de connexion :

https://zoom.us/j/98989381754?pwd=a3RoemF2SXZML0V1ajVGbnIxbnY3QT09

ID de réunion : 989 8938 1754

Code secret : 835322

9h15. Ouverture des journées

Par Monsieur l’Ambassadeur d’Espagne en France, José Manuel Albares Bueno, Madame Hélène Thieulin-Pardo, présidente de la S.H.F et Madame Françoise Palleau-Papin, directrice du laboratoire Pléiade, UR 7338 de l’Université Sorbonne Paris Nord

9h30. Conférence à deux voix : Jean-François Botrel (Université de Rennes 2) et Roger Chartier (Collège de France), La bibliothèque d’un hispaniste, les lectures hispaniques d’un historien

Modératrice : Cécile Vincent-Cassy (Université Sorbonne Paris Nord)

Discussion et pause

Session 1 : HispanismeS

Modératrice : Ivanne Galant (Université Sorbonne Paris Nord)

11h00. Marcin Sarna (Université Pédagogique de Cracovie), Hispanismo(s) en Polonia: un cuadro histórico con arreglos editoriales 

11h15. Sébastien Lefèvre (Université Gaston Berger, Saint Louis du Sénégal), Hispanismos, afrohispanismos y afrodiasporismos: más allá de las disciplinas y de los territorios. Propuestas para un análisis desde las costas africanas.

11h30. Claire Laguian (Université Gustave Eiffel), Les défis proposés par les études canariennes et leur invisibilisation au sein de l’hispanisme français 

Discussion et pause

Session 2 : L’exil espagnol et ses archives

Modératrice : Zoraida Carandell (Université Paris Nanterre)

12h15. Ève Fourmont-Giustiniani (Aix-Marseille Université), Les études culturelles sur l’exil : une pensée des marges

12h30. Table ronde : Violaine Challéat-Fonck (Archives Nationales), Patrick Gaboriau (CNRS), Marta López Izquierdo (Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis) et Mercedes Yusta (Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis), Regards croisés sur l’archive : autour du projet CAREXIL-FR

Discussion

13h30 Pause déjeuner

Session 3 : Hispanisme et arts visuels

Modérateur : Brice Castanon-Akrami (Université Sorbonne Paris Nord)

15h00. Table ronde : Marie-Linda Ortega (Université Sorbonne-Nouvelle), Isabelle Mornat (Université Gustave Eiffel) et Cécile Fourrel de Frettes (Université Sorbonne Paris Nord), Présentation de l’ASCIGE (Atelier sur le Satirique, la Caricature et l’Illustration Graphique en Espagne) et de ses travaux 

15h45. Anne Puech (Université Rennes 2), Art urbain sur les murs de l’espace public de Madrid ou comment les études hispaniques mènent-elles aux sciences sociales ? 

16h00. Table ronde : Jean-Paul Aubert (Université Côte d’Azur), Virginie Giuliana (Université Rennes 2), Philippe Merlo-Morat (Université Lumière Lyon 2), Laura Martínez Haro (collège Vendôme, Lyon), Présentation des travaux du GRIMH sur les arts visuels dans l’hispanisme

Discussion et pause

18h00. Conferencia: Carlos González Navarro (Museo Nacional del Prado), Las mujeres, ¿al Prado?, diálogo con Cécile Fourrel de Frettes (Université Sorbonne Paris Nord)

Discussion et clôture de la journée

***

Vendredi 4 juin

Lien de connexion :

https://zoom.us/j/94328004690?pwd=ME9DMThUdXYzYU04eGVMeWVRNk05QT09

ID de réunion : 943 2800 4690

Code secret : 244810

Session 4 : Hispanismes, territoires, marges

Modératrice : Françoise Martínez, Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis

9h. Table ronde : Gersende Camenen (Université Gustave Eiffel), Stéphanie Decante (Université Paris Nanterre), Gustavo Guerrero (Cergy Paris Université), Roland Behar (ENS Ulm-PSL), Traducteurs et éditeurs au sein du projet Medet Lat

10h00. Silvia Capanema (Université Sorbonne Paris Nord), Hispanisme et circulations atlantiques : interprétations de la guerre de “Canudos” (Bahia, Brésil, 1896- 1897)

10h15. Paul-Henri Giraud (Université de Lille), L’Institut des Amériques, un Groupement d’intérêt scientifique en études aréales américanistes au croisement des disciplines

Discussion et pause

11h00. Conférence à deux voix : Amelia Gamoneda (Universidad de Salamanca) et Olivier Compagnon (Université Sorbonne Nouvelle), Acerca del comparatismo, entre literatura e historia

Modératrice : Laurie-Anne Laget (Sorbonne Université)

12h15 : Pause déjeuner

Session 5 : Hispanismes, langues et médias.

Modératrice : Hélène Frison (Université Sorbonne Paris Nord)

13h15. Alice Kadri (Université Paris Nanterre), Philologie aljamiada et histoire des musulmans espagnols

13h30. Candela Salgado Ivanich (Universidad de Salamanca), Dinamización de la experiencia literaria: la poética cognitiva a la luz de la poética del movimiento de Claudio Rodríguez

13h45. Marion Le Corre-Carrasco (Université Lumière Lyon 2), Vers une intermédialité disciplinaire : quelle transmission ? 

14h00. Florence Dumora (Université de Reims Champagne-Ardennes), Penser au-delà des domaines ? Numérique et transdisciplinarité

Discussion et pause 

Session 6 : Hispanisme, histoire et civilisation

Modérateur : Javier Domínguez (Université Sorbonne Paris Nord)

14h45. Darío Varela (Le Mans Université), Quelle place pour l’histoire au sein de l’hispanisme ?

15h00. Thomas Brignon (Casa de Velázquez / Université Toulouse-Jean Jaurès), Une méthodologie frontalière pour une « civilisation » frontalière ? Penser les missions jésuites du Paraguay au prisme de leurs traductions religieuses hispano-guarani

15h15. Nejma Kermele (Université de Pau et des Pays de l’Adour), Lire les Histoires du monde du XVIe siècle en hispaniste : Un défi au croisement des disciplines ? 

15h30. Ricardo Tejada (Le Mans Université), Quelle place pour une discipline, l’histoire des idées, à l’intérieur d’une matière bâtarde, la civilisation, appartenant, à son tour, à un domaine sans discipline unitaire (l’hispanisme) ?

Discussion et pause

16h15. Susana Bleil (Université du Havre), Marcelle Bruce (Cergy Paris Université), Emanuele Carvalheira de Maupeou (Université Toulouse-Jean Jaurès) et Lissell Quiroz (Cergy Paris Université), table ronde sur les problèmes posés par le terme de civilisation pour désigner nos spécialités.

Discussion et pause

17h30. Conférence à deux voix : Lilia Schwarcz (Universidade de São Paulo) et Jean-Frédéric Schaub (École des Hautes Études en Sciences Sociales), La civilisation ibérique (conférence en portugais et en espagnol)

Modératrice : Silvia Capanema (Université Sorbonne Paris Nord)

Discussion et clôture de la journée

***

Samedi 5 juin

9h30-12h. Assemblée générale de la Société des hispanistes français

Lien de connexion :

https://zoom.us/j/97329886436?pwd=eXJWM2loUHllOTlqbUJHaWpuOEhOQT09

ID de réunion : 973 2988 6436

Code secret : 587705

Documents

Consulter l’appel à communications, ici.

Journée d’étude
Diversité et dynamiques : les étudiants de Paris 13, approches pluridisciplinaires

Diversité et dynamiques

Université généraliste située en Île de France, Paris 13 accueille un public étudiant socialement, géographiquement et linguistiquement très divers. Pourtant, les caractéristiques sociales de ce public sont méconnues par ceux-là mêmes qui enseignent à ces étudiants des outils d’analyse critique et, particulièrement dans l’UFR LLSHS, des outils d’analyse des phénomènes sociaux et historiques. Outre son enjeu descriptif, prendre comme objet les étudiants de Paris 13 a également un enjeu pratique pour l’élaboration de notre offre de formation. La journée d’étude « Diversité et dynamiques : les étudiants de Paris 13, approches pluridisciplinaires » propose de rapprocher les analyses de différentes sciences sociales sur le public de l’université Paris 13. Qui sont nos étudiants ? Où vivent-ils ? Quelles langues ou variétés de langues parlent-ils ? Quelles sont leurs trajectoires, leurs aspirations ? Les différentes disciplines convoquées rencontreront des questions principielles comparables : rendre compte de la diversité des situations et établir des typologies ou des cartographies ; décrire les dynamiques (sociales, géographiques ou linguistiques) ; distinguer les catégorisations objectives (étiques) et les catégorisations construites par les étudiants dans leurs pratiques ou leurs discours (émiques). L’observation attentive permettra peut-être de proposer d’autres catégories d’analyse que les traditionnelles oppositions entre Paris et banlieue, territoire défavorisé et territoire favorisé.

Organisateurs

Documents

> Télécharger l’affiche de la journée

> Télécharger le programme de la journée

Résumés des communications

  • Daniel Verba (Sociologue, Vice-président des relations internationales, U. P13, IRIS UMR 8156) : « Un enjeu majeur de la gouvernance des universités : mieux connaître nos étudiants »

La double logique de mondialisation et de territorialisation de l’enseignement supérieur nous oblige à mieux connaître nos étudiant(e)s, à la fois dans leurs dispositions linguistiques, sociales, culturelles, religieuses…mais aussi dans leurs parcours. Les universités doivent donc mettre leurs recherches au service de cette connaissance en ajustant leurs politiques scientifiques et d’enseignement aux générations d’étudiant(e)s qu’elles reçoivent en raison notamment de mutations importantes dans le rapport aux outils technologiques de communication, aux savoirs et à l’autorité académique. En m’appuyant sur mon expérience de directeur d’institut, de vice-président en charge des relations internationales et de tout récent référent “racisme-antisémitisme-homophobie”, j’essaierai brièvement de montrer tout l’intérêt de mener des enquêtes sur nos étudiants et notamment sur leurs pratiques linguistiques.

  • Daniel Guillaume (IA-IPR de Lettres, Rectorat de Créteil, Responsable du CASNAV, Mission Maitrise de la langue) : « Éléments pour une identité des étudiants en Seine-Saint-Denis : lycées, langues et cultures »

Les étudiants arrivant en première année d’université dans le 93 se trouvent pour beaucoup, et souvent plus qu’ailleurs, dans un certain désarroi intellectuel et identitaire au sein de l’institution universitaire, à proportion même de la richesse dont ils peuvent par ailleurs être porteurs. L’intervention proposera de rapides éléments pour une carte d’identité du bachelier de Seine-Saint-Denis : qu’est-il supposé savoir et que constate-t-on de fait ? Sur quel rapport à la langue et au savoir se construit son parcours d’étudiant ? Une attention particulière sera accordée aux lycéens dont l’arrivée en France et l’apprentissage du français ont eu lieu en cours de scolarité.

  • Hanane Amrouche, Cyria Igui & Siham Kassa (Master SDL, U. P13) : « Conception, passation et codage d’un questionnaire sociolinguistique : retour d’expérience »

Nous avons mené une enquête sur les profils sociolinguistiques des étudiants de L1 de différentes formations à Paris 13. Le but de cette étude est de savoir quelles sont les langues que parlent les étudiants et dans quelles circonstances, et de connaître la diversité et la richesse des parcours sociolinguistiques des étudiants. Dans cette communication nous proposons un compte-rendu de la conception, de la passation et du codage d’un questionnaire sociolinguistique. Nous allons évoquer trois points : l’objectif de notre enquête, l’administration concrète du questionnaire et enfin son dépouillement.

  • Pauline Haas (U. P13 & UMR 8094 Lattice & EA 7338 Pléiade) & Sylvain Loiseau (U. P13 & UMR 7107 Lacito) : « Une enquête sociolinguistique : visée cartographique et difficultés métrologiques »

La faible maîtrise du français standard des étudiants fait l’objet d’un lancinant (et éternel) regret de la part du corps enseignant. Des programmes de remédiations linguistiques sont régulièrement mis en place, mais ceux-ci ne se fondent sur aucun diagnostique concernant les langues que parlent nos étudiants. Dans cette communication nous proposons une première analyse d’un questionnaire sociolinguistique proposé aux L1 de plusieurs formations de l’UFR LSHS avec l’aide de trois étudiantes de Master. L’objectif est de dresser une cartographie des parcours, des pratiques et des profils sociolinguistiques des étudiants. Derrière une même distance au français standard se cachent des situations différentes : maîtrise d’autres variétés régionales (du monde francophone) ; francophonie orale et alphabétisation tardive en français (après une alphabétisation dans une autre langue) ; maîtrise d’autres sociolectes ; situation d’interlangues, etc. Cette enquête nous permettra de prendre la mesure de la diversité linguistique – et de sa richesse – parmi les étudiants de L1.

  • Thierry Rentet (Université Paris 13 & EA 7338 Pléiade) : « Remédiation : un bien nécessaire à Paris XIII et au-delà »

A partir du constat qu’il existe un décalage croissant entre les attentes des enseignants et celles des étudiants, l’UFR LLSHS a instauré, depuis 2015, le projet AMAMUS. Un premier bilan peut être présenté pour la première année de Licence des départements d’Histoire et de Géographie, reposant à la fois sur la méthodologie mise en œuvre et sur son impact auprès des étudiants. Mais le cas de Paris XIII n’est pas isolé. Réflexions, problématiques et solutions alternatives sont mises en place dans d’autres pays, notamment au Brésil.

  • Frédéric Alexandre (Géographe, Paris 13, EA 7338 Pléiade) : « Paris 13, université de la banlieue nord et du monde francophone : évolution sur la décennie 2009-2019 de l’origine géographique des étudiants »

Une étude menée en 2010*, à l’occasion des quarante ans de la création de l’Université Paris 13 sur l’ensemble des inscrits en première année de licence de l’établissement montrait le rôle prépondérant joué par l’Université sur son territoire du nord de la banlieue parisienne, s’étendant du nord-ouest de la Seine-Saint-Denis (CA Plaine Commune et Est Ensemble) et au sud-est du Val d’Oise (CA Val de Montmorency et Roissy Plaine de France). Ressortait également l’accueil d’un grand nombre d’étudiants étrangers originaires de pays hors Union européenne. Cette identité forte se constate-t-elle encore en 2019 ? L’objectif de cette communication sera de le vérifier, en se concentrant sur les étudiants inscrits dans l’UFR LLSHS, en licence, mais aussi en master.

* ALEXANDRE F., 2011. – Cartographie du recrutement de l’Université Paris 13, in J. GIRAULT, J.-C. LESCURE, ET L. VADELORGE éds., Paris 13. Histoire d’une université en banlieue (1970-2010), Paris, Berg International.

  • Vanessa Castejon & Mathilde Lévêque (U. P13 & EA 7338 Pléiade) : « Trajectoires universitaires et dépéripheries : deux parcours croisés d’enseignantes-chercheuses »

En contrepoint des études proposées sur les étudiant.e.s de l’Université Paris 13, Vanessa Castejon (MCF Anglais, Pléiade) et Mathilde Lévêque (MCF Littérature, Pléiade) proposent une réflexion sur les notions d’identité et de territoire : la méthode de l’ego-histoire, envisagée de façon croisée, permet d’expliquer et d’éclairer des pratiques et des choix d’enseignantes-chercheuses. Cette communication à deux voix conjugue la dimension autobiographique et le positionnement idéologique, entrant en résonance avec l’histoire sociale et politique de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne.

Civil War and Narrative: Testimony, Historiography, Memory – Basingstoke, Palgrave Macmillan. 2017

Coordonné par Karine Deslandes, Fabrice Mourlon et Bruno Tribout

This book explores the representation of intra-state conflicts. It offers a distinctive approach by looking at narrative forms and strategies associated with civil war testimony, historiography and memory. The volume seeks to reflect current research in civil war in a number of disciplines and covers a range of geographical areas, from the advent of modern forms of testimonies, history writing and public remembering in the early modern period, to the present day. In focusing on narrative, broadly defined, the contributors not only explore civil war testimonies, historiography and memory as separate fields of inquiry, but also highlight the interplay between these areas, which are shown to share porous boundaries. Chapters look at the ways in which various narrative forms feed off each other, be they oral, written or visual narratives, personal or collective accounts, or testimonies from victims or perpetrators.

Pour plus d’informations, cliquez ici.

Pléiade