Publications

Houses & Homes. Photographier la maison aux États-Unis, 1930-1990, par Eliane de Larminat, édition Le Point du Jour. 2020

Houses & Homes

Houses & Homes. Photographier la maison aux États-Unis, 1930-1990, par Eliane de Larminat, édition Le Point du Jour. 2020

de Eliane de Larminat

Houses & Homes

Présentation

Photographie documentaire et célébration de la maison individuelle sont deux axes essentiels de la culture visuelle des États-Unis. Cet essai s’attache à analyser leurs relations, à partir de l’œuvre fondatrice de Walker Evans dans les années 1930, sur fond d’imaginaires et d’imageries qui remontent au dix-neuvième siècle.

Walker Evans a placé la maison au cœur de son approche de la culture américaine – de ses premières enquêtes architecturales à son séjour chez des métayers de l’Alabama dont est issu Let Us Now Praise Famous Men (1941), en passant par la formule du « portrait de maisons » mise en place dans American Photographs (1938). Avec lui, le motif de la maison devient une manière de regarder les espaces ordinaires, entre inconnu et déjà-vu, lyrisme et neutralité, voire empathie et ironie, qu’adopteront, chacun à leur manière, des artistes américains comme Robert Adams, Lewis Baltz, Dan Graham ou Stephen Shore.

La fécondité photographique de ce sujet s’explique aussi par la rencontre de regards qui relèvent autant de projets esthétiques que d’enjeux intellectuels, politiques et sociaux. Qu’il s’agisse des enquêtes documentaires des années 1930, du moment « pop » des années 1970 en architecture, de la critique des banlieues pavillonnaires ou encore de nouvelles formes d’étude de la culture matérielle, l’intérêt pour les maisons manifeste une attention aux situations collectives ou communes qu’incarne, par excellence, ce lieu commun de l’individualité.

Lien vers l’éditeur

Poet against the machine. Une histoire technopolitique de la littérature, par Magali Nachtergael, Le Mot et le reste. 2020

Poet against the machine. Une histoire technopolitique de la littérature, par Magali Nachtergael, Le Mot et le reste. 2020

de Magali Nachtergael

Le laboratoire Pléiade et l’Institut Médialect ont soutenu cette publication.

Émanant des travaux de l’axe 4 “Représentations, hybridités, formes”, cette recherche participe également au bilan théorique des travaux liés à la structure fédérative “Délivrez-nous du livre!”, devenue en 2019 l’Institut Medialect.

“De la poésie sonore jusqu’au numérique en passant par le rap, Poet Against The Machine raconte l’histoire politique des machines, des médias et de la technologie dans la poésie hors du livre. À l’heure du tout-numérique, cet essai revient sur les contre-cultures poétiques sur scène, dans les festivals et les communautés alternatives et interroge la prétendue neutralité des médiums. Que ce soit avec un magnétophone ou un algorithme, l’humain et la machine sont en constante interaction dans une lutte créative et symbolique. Dans cet état de modernité technique avancée où le média a autant de place que le texte, les hiérarchies sont bousculées, laissant la possibilité d’une néolittérature libérée du livre et de ses canons.”

Lien vers l’éditeur

Intime et intimité au Siècle d’Or (espaces, émotions, représentations), par Florence Madelpuech-Toucheron et Sarah Pech-Pelletier, dossier publié dans la revue e-Spagnia. 2020

Intime et intimité

Intime et intimité au Siècle d’Or (espaces, émotions, représentations), par Florence Madelpuech-Toucheron et Sarah Pech-Pelletier, dossier publié dans la revue e-Spagnia. 2020

sous la direction de Florence Madelpuech-Toucheron et Sarah Pech-Pelletier

Intime et intimité

Actes du colloque qui s’est tenu à l’USPN en mars 2019.

Le volume se compose de quatre parties :

  • L’intimité à l’épreuve du politique : affleurements et instrumentalisations
  • L’intimité familiale et conjugale : entre idéal et expérience personnelle
  • L’intimité sous le regard de Dieu : de l’introspection au dévoilement
  • Intimité et passions de l’âme : conflit interne et regard du collectif
Lien vers le dossier
Lire l’introduction

Alter/Native Spaces , Journal de l’Association Européenne d’Etudes sur l’Australie (EASA), numéro spécial, volume 10, n°2. 2019

Alter/Native Spaces , Journal de l’Association Européenne d’Etudes sur l’Australie (EASA), numéro spécial, volume 10, n°2. 2019

édité par Vanessa Castejon et Salhia Ben Messahel

Cette publication qui réunit comme éditrices un membre titulaire du laboratoire et un membre associé (prof Salhia Ben Messahel), fait suite au congrès co-organisé à l’université de Toulon (congrès de l’association Européenne d’Etudes sur l’Australie) sur le même thème. Y figurent des contributions d’éminents collègues européens et australiens sur la question des “espaces Alter/Natifs” et également une recension d’un ouvrage de Matteo Dutto par Steven Muecke qui a été professeur invité à Pléiade en 2019.

The guest editors of Alter/Native Spaces seek to go beyond the postcolonial to examine how the prefix “alter” is linked both to the notion of an alternative and to the notion of multiplicity, and to explore how Indigenous and non-Indigenous knowledges might interact and reframe the relationship between the settler nation and the Indigenous peoples. Through interdisciplinarity (history, anthropology, art, cultural sociology, political and cultural studies), Alter/Native Spaces focuses on the flexibility of boundaries, “in-betweenness,” and “transbelongings.” It examines the construction of alter/native spaces, imaginaries, or modes of inhabitance that can encourage new modes of rethinking difference and belonging.

This issue, which is the first of two, was brought together after the conference titled Alter/Native Spaces which Salhia Ben Messahel and Vanessa Castejon organized in 2019 at the University of Toulon for the European Association for Studies of Australia. Their interest in both decentring and Indigenous studies converged in Alter/Native Spaces.

Written just before the anti-racism protests and the Black Lives Matter movement, the articles presented in this issue can now be read under a different perspective. The discourses on nation, belonging and identity are even more present and the failures to produce new alternatives have been highlighted in Australia as they were in the United States and many “postcolonial” countries. In Australia, as in the US, everyday racism, institutional racism, and deaths in custody were condemned; intergenerational trauma surfaced, statues were torn down, mass demonstrations ignited, and memory was called to denounce the ongoing racism as it has been the case for years, decades, or even centuries. While answers to the race questions (including a treaty) are still expected, there has been a change in public discourse. Demonstrations have raised interest, and the media has given Aboriginal affairs heightened visibility. This new chapter in the struggle for racial equality was met by an unprecedented wave of solidarity and a heightened urge to commit to racial equality. Such acknowledgement is also part of this issue.

Lien vers le numéro

Revue Itinéraires LTC

Archives

Revue Itinéraires LTC

Discours animal. Langages, interactions, représentations. Itinéraires. LTC, n° 2020-2

Discours animal. Langages, interactions, représentations Itinéraires. Littérature, textes, cultures, n° 2020-2Sous la direction de Laura Goudet, Marie-Anne Paveau et Catherine Ruchon Décembre 2020, en ligne et en accès ouvert : https://journals.openedition.org/itineraires/6587 Présentation du dossier Les frontières spécistes évoluent à l’aune des courants animalistes et débats sur le droit animal, et...

En savoir +

Publications 2018

Archives

Publications 2018

Publications 2017

Archives

Publications 2017

Les marges créatrices : intellectuel.le.s afro-descendant.e.s et indigènes aux Amériques, XIX-XXe siècle, Revue IdeAs. Idées d’Amériques, n°16. 2020

Les marges créatrices : intellectuel.le.s afro-descendant.e.s et indigènes aux Amériques, XIX-XXe siècle

Les marges créatrices : intellectuel.le.s afro-descendant.e.s et indigènes aux Amériques, XIX-XXe siècle, Revue IdeAs. Idées d’Amériques, n°16. 2020

coordonné par Silvia Capanema, Véronique Hébrard, Claire Parfait et Fatma Ramdani

Les marges créatrices : intellectuel.le.s afro-descendant.e.s et indigènes aux Amériques, XIX-XXe siècle

Contributeur/trice(s) : Grégory Bekhtari, Stéphanie Boutevin, Silivia Capanema, Nádia Maria Cardoso da Silva, Reinaldo José de Oliveira et Regina Marques de Souza, Oliveira Maud Delevaux, Luiz Henrique Eloy Amado, Lionel Larré, Fabrice Le Corguillé, Laura Lema Silva, Olivier Mahéo, Elena Nava Morales, Françoise Palleau-Papin, Claire Parfait, Fatma Ramdani, Valmir Luis Saldanha da Silva

Ce numéro de la revue IdeAs est né d’un atelier organisé au Congrès de l’Institut des Amériques en 2019 et intitulé « Les marges créatrices : Émergence des intellectuel.le.s noir.e.s et métis.se.s aux Amériques (xixe-xxe) ». L’atelier lui-même s’inscrivait dans le prolongement d’un premier travail sur le pouvoir créateur des marges, travail effectué dans le cadre d’un appel à projets de Sorbonne Paris Cité, « Écrire l’histoire depuis les marges : le cas des Africains Américains ». 

Le numéro élargit la question à d’autres aires géographiques et culturelles, et à d’autres marges ; il s’attache à examiner l’ensemble des Amériques – Amérique latine, Caraïbes et Amérique du Nord –, afin d’explorer la richesse potentielle d’une approche comparative ; il prend en compte les acteurs noirs, « métis » ou autochtones, selon les terminologies des divers pays ou aires concernés. Il intègre également les dimensions de genre et, si plusieurs contributions s’intéressent à des historiens / historiennes, il aborde plus généralement les processus de création et de diffusion depuis les marges. 

Lien vers le numéro en ligne
Télécharger le sommaire et la présentation complète

Velázquez. Voir les anges, par Cécile Vincent-Cassy, Éditions 1:1 (ars). 2020

Cécile Vincent-Cassy

Velázquez. Voir les anges, par Cécile Vincent-Cassy, Éditions 1:1 (ars). 2020

de Cécile Vincent-Cassy

Cécile Vincent-Cassy

La tentation de saint Thomas d’Aquin est une toile de Velázquez (1599-1660) conservée hors de la géographie rattachée à l’artiste. C’est pourquoi son existence même a été ignorée jusqu’au début du XXe siècle. En 1906, Elías Tormo la trouva accrochée dans la sacristie du collège jésuite d’Orihuela (province d’Alicante), près de Murcie, dans le Sud-Est de l’Espagne. Affirmant déjà que c’était « un prodige de peinture religieuse de genre narratif », il n’attribua toutefois pas cette composition sans signature à Velázquez avant 1923. Deux ans plus tard Allende-Salazar suivit son avis, en l’intégrant dans la série Klassiker der Kunst. En 1955 Bernardino de Pantorba proposa comme titre Saint Thomas réconforté par deux anges ou Le triomphe de la chasteté de saint Thomas d’Aquin. Il considérait déjà que, loin d’être une œuvre périphérique, c’était la première grande étude atmosphérique de Velázquez, préfigurant Les Ménines et Les fileuses.

Pléiade
fr_FR